Programme scientifique

Poucharramet @Duhem 2016

Poucharramet @Duhem 2016

Les terres de Languedoc et de Gascogne, comme celles d’autres provinces françaises, ont gardé le souvenir aux XVIIIe et XIXe siècles de l’activité de peintres italiens que la littérature a souvent désignés péjorativement, par l’expression « barbouilleurs d’églises ». En Languedoc, les plus connus sont probablement les frères Pedoya1 (Francesco, Giovanni Antonio, Fortunate Napoleone et Pietro Ricardo2 ), arrivés dans le Sud-ouest dans les années 1820 après un périple qui les conduisit de Cuasso al Piano, en Lombardie, jusqu’à Toulouse, Pamiers et Montseron, où ils s’établirent. Des innombrables chantiers qu’il est encore possible d’admirer entre Haute-Garonne, Ariège et Tarn-et-Garonne, les décors des églises de Colomiers (sainte Radegonde, 1849), Fourquevaux, Fronton (1867), Montgeard (sainte Germaine, 1851), etc. rappellent le goût méridional pour l’ornement et l’occupation décorative des espaces « difficiles » – voûtains ou portions triangulaires de murailles. D’autres Italiens se chargèrent comme eux de raviver le souvenir de la peinture ornementale : le décorateur Gaëtan Ceroni (que l’on peut documenter à Saint- Salvy d’Albi, Toulouse, Verfeil, Lavaur, Belcastel, Castres, et autres lieux) mériterait un éclairage3 ; les productions des piémontais Josué Polini et Joseph Piazza dans le diocèse de Cahors4  de Tobia et Raphaël Gasperi5 plus au nord, de Jean Chavauty « Piémontay »6 en Gascogne et dans les Landes, attendent également d’être confrontées. Jacques Bosia, originaire du Tessin, a été récemment documenté (1788- 1842)7 : actif dans les paroisses reculées du Nord-Carmausin (Tarn), il a laissé une œuvre très originale, colorée et hétéroclite.

Pour leur malheur, la critique artistique fut souvent très sévère, pour ne pas dire méprisante à l’égard de ces artistes d’origine modeste qui venaient raviver les couleurs des églises ; Richelet au XVIIe parlait déjà des « barbouilleurs de murailles ». Au XIXe siècle, dans le contexte de restauration de l’Eglise catholique, ils vinrent couvrir avec ardeur les fresques fanées des sanctuaires ; or en ce siècle « d’invention » de la peinture médiévale, ces embellissements furent fort mal jugés. Prosper Mérimée, en 1834, est virulent : « Il faut savoir que tous les ans des essaims de barbouilleurs italiens se répandent dans les départements du midi et couvrent les murs de nos églises de leurs ignobles compositions. Si l’on ne proscrit ces gens-là, je ne sais où ils s’arrêteront ». Faciles à repérer dans la littérature artistique, ils sont très souvent identifiés comme « barbouilleurs » ou « badigeonneurs à la détrempe », et paient les frais de formules expéditives : « c’étaient probablement des décorateurs d’églises capables de satisfaire, au besoin, une clientèle de curés de campagne » (Archives de la Haute-Vienne, 1889). L’historiographie moderne, perpétuant les critiques du siècle passé, ne fut guère plus tendre avec eux et il subsiste encore aujourd’hui des spécialistes pour s’indigner du travail des peintres de murailles.

Il faut pourtant se départir d’une appréciation esthétique trop exigeante pour saisir l’intérêt historique et artistique que représentent les derniers témoignages de l’activité des Italiens itinérants. Si l’on peut sans réserve ranger ces décorateurs parmi les badigeonneurs, il faut considérer avec distance les jugements formulés il y a plus d’un siècle par les maîtres d’une discipline alors naissante. On ne peut nier les déficiences ou les faiblesses du dessin dans la peinture, cependant les œuvres encore visibles dans les villages sont loin d’être inintéressantes ou médiocres : les répertoires de ces peintres étaient plus riches qu’il n’y paraît, inspirés des grands maîtres de la peinture française ou italienne, du décor ornemental renaissant, baroque ou néo-classique. Le traitement stylistique, d’une grande liberté, est valorisé par une palette colorée unique, qui a souvent les accents d’une modernité pour le moins inhabituelle dans les décors d’église au lendemain de la Révolution.

 

Poucharramet @Duhem 2016

Poucharramet @Duhem 2016

L’enquête que nous proposons d’entreprendre sur le milieu des peintres italiens itinérants s’ouvre à un champ d’analyse interdisciplinaire : en effet, il s’agit de s’intéresser à l’histoire d’un réseau construit dans le cadre d’une immigration artistique qui a été continue en France, entre les XVIe et XXe siècles.

L’apport des historiens de l’émigration et des diasporas est nécessaire pour documenter l’arrivée de ces populations en France. Si le mouvement migratoire du XIXe est déjà bien cerné historiquement, les prémisses sont moins renseignées, notamment l’installation italienne en territoire français au XVIIIe siècle. Pourtant, avant la Révolution, les villes situées entre Dauphiné et Provence à l’image de Gap, Toulon et Marseille étaient déjà des lieux d’accueil et de rencontre des peintres et des artisans, comme des marchés d’échange et de commerce des matériaux ou des objets en provenance d’Italie (marbres, mobilier d’églises – autels, tabernacles – sculptures, etc.). Beaucoup d’Italiens qui s’installèrent dans le sud-ouest au 
lendemain de la Révolution venaient du Piémont, de Sardaigne, de Lombardie, d’Emilie, de Campanie, fuyant la guerre et la misère issues des guerres d’indépendance. Dans quelles conditions voyageaient-ils (place des « familles-relais »), quelles furent les procédures d’accueil mises en place par les institutions françaises sur le territoire et le contexte de leur intégration dans les paroisses ?

Le regard de l’histoire de l’art est complémentaire de l’approche historique pour répondre aux questions qui concernent l’exercice du métier de peintre et le transfert des modèles culturels. Ce projet vise l’identification et le recensement des peintres badigeonneurs de Languedoc et de Gascogne, quasiment inconnus aujourd’hui. Les rares publications qui leurs sont consacrées sont anciennes, recensées principalement dans les comptes rendus des sociétés savantes. Le milieu parisien des artistes italiens « secondaires », arrivés dans la capitale dans les années 1855, vient tout juste de faire l’objet d’une synthèse (Marion Lagrange, Les Peintres Italiens en quête d’identité, thèse de doctorat publiée aux Ed. CTHS, 2010). Il manque une enquête à l’échelle régionale, au caractère totalement inédit, qui permettrait la constitution d’un répertoire nominatif, assorti d’un recueil des textes de la littérature artistique mentionnant les peintres. Les peintures murales des églises, longtemps délaissées, attendent aujourd’hui d’être inventoriées et l’état sanitaire des plus remarquables établi. De nombreux décors sont repérés dans les églises rurales de la région, mais le recensement est loin d’être exhaustif. Le repérage in-situ est contraint par les moyens : seule une entreprise scientifique soutenue pourra permettre de dresser cet inventaire, en vue d’une mise en valeur et d’une conservation préventive des ensembles jugés exceptionnels.

zefezfezfze

@Duhem 2016

A l’échelle régionale, cette recherche est menée en partenariat avec les services de la DRAC de Toulouse qui planifient la restauration des décors des monuments religieux classés ou inscrits, les services de l’Inventaire régional du patrimoine, le Musée des Augustins, les restaurateurs spécialisés en peintures murales et peintures de chevalet, etc. A l’échelle nationale, elle s’inscrit dans le projet d’une exposition qui sera organisée à l’automne 2016 à Paris par le Musée National de l’Histoire de l’Immigration sur le thème Petites Italies consacré à l’étude des réseaux de gens de métiers itinérants.

La spécificité de l’insertion socio-professionnelle des migrants italiens (en rapport avec les métiers de l’artisanat et du bâtiment), très marquée au XIXe siècle, a des origines plus anciennes liées à l’arrivée des premiers artistes et ingénieurs. De la Renaissance à aujourd’hui, comment s’est opérée cette intégration ? Aux XIXe et XXe siècles, cette spécificité semble avoir été un facteur d’intégration porteur dans le contexte d’une France en quête de main d’œuvre, cependant, cette « catégorisation » professionnelle a conduit conjointement à une marginalisation de nature xénophobe. Les « barbouilleurs » en témoignent. La connaissance des divers métiers d’art, des hiérarchies existantes (entre maçons, peintres, doreurs, vitriers, sculpteurs, mais également stucateurs, colporteurs d’images, vendeurs de statuettes ou de répliques en plâtre, etc.) et des structures sociales qui les encadraient, doit être approfondie.

L’héritage de la Renaissance italienne apparaît comme une évidence dans les églises paroissiales méridionales où les décors peints, caractérisés par la couleur, la théâtralité et la mise en scène, ont connu un renouveau puis une pérennisation au cours du XIXe siècle. L’espace de l’église formait un tout cohérent pour ces artisans qui investissaient les lieux du sol au plafond, allant jusqu’à peindre le mobilier. Chaque sanctuaire devenait lieu de spectacle, les palettes de couleur contrastant souvent avec l’austérité des 
architectures préexistantes. Cette enquête sur les «badigeonneurs» appelle une réflexion sur la transmission des savoir-faire et des savoirs, au sein d’un milieu marqué par une forte endogamie. Les lieux d’apprentissage du « métier » sont encore à déterminer, notamment le rôle des académies des grandes villes italiennes (Milan ou Bologne), leur lien, sur le territoire français, avec les académies et les écoles de dessin, sans oublier leur rôle dans la formation de la « Bottegha » ou de « l’atelier ». Du transfert matériel ou immatériel des connaissances artistiques aux compétences liées au métier (maîtrise des techniques, travail sur le terrain et réseaux de clientèles), ces problématiques sont servies par des sources exceptionnelles, pour certaines non publiées (journaux d’artistes, cahiers de commandes ou de dessins, qui attendent d’être étudiés).

Mauzac @Duhem 2016

Mauzac @Duhem 2016

La pénétration de la culture italienne, son assimilation à la culture française locale invite aussi à orienter les recherches dans les champs de l’anthropologie historique et de la sociologie : les approches linguistiques, culturelles et religieuses constituent des clés pour identifier la nature des échanges qui se nouèrent au contact des familles de migrants, dans les villages isolés comme dans les villes. Elles induisent une réflexion sur l’identité des groupes formés, le rôle des solidarités familiales et l’identification des réseaux et des individus qui localement favorisèrent les activités sociales et professionnelles des populations nouvellement installées, du XVIIIe siècle à aujourd’hui. En ce sens, la place des prêtres apparaît majeure. Ils sont souvent évoqués dans la documentation, associés aux artistes ; de quelle manière s’immisçaient-ils dans ces vies d’hommes, à la fois dans l’accueil réservé au sein des paroisses et dans la commande artistique ?

Si à l’évidence l’insertion des migrants dans les communautés a été facilitée par les pratiques confessionnelles et les croyances, la création artistique a constitué un autre catalyseur. La production d’images rend compte localement des convergences culturelles, consciemment ou non relayées par les badigeonneurs : le répertoire iconographique se situe au croisement de la culture érudite des prêtres, qui élaboraient en partie les programmes destinés à soutenir l’œuvre de restauration et de prédication de l’Eglise ; de la culture italienne des peintres — issue d’une sensibilité artistique marquée par la couleur, l’ornement et la théâtralité — et de la culture paroissiale, attachée à ses dévotions locales ainsi qu’à la représentation de la communauté dans l’espace du sanctuaire (participant, de fait, à l’hommage collectif rendu à Dieu). Ainsi se côtoient avec la même verve les phylactères imprécateurs des prêtres, les putti et les monstres antiques, les apôtres vêtus comme des paysans, les saints locaux et les portraits de paroissiennes. Ce répertoire syncrétique laisse apprécier la rencontre entre des référents culturels érudits, de portée internationale, et les substrats d’une culture locale et populaire, qui s’est maintenue en partie au XXe siècle. Par ailleurs, il subsiste aujourd’hui quelques descendants de ces dynasties (de la famille Pedoya en particulier), témoins soucieux du devenir de cet héritage, très attentifs à la préservation et à la valorisation de ce patrimoine oublié, ce qui est propre à faire l’objet d’une enquête anthropologique.

  1. Abbé A. Dumail, « Les Pedoya, peintres décorateurs d’églises au XIXe siècle dans la Haute-Garonne et l’Ariège », Revue du Comminges, 1997, n° 112, pp. 241-280 ; n° 113, pp. 366-377. S. Grandjean, Vie et œuvre des Pedoya au XIXe siècle, Mémoire de Maîtrise, dir. C.Mange, Université de Toulouse II, 2001. Cf. également les Mémoires de la Société Archéologique du Midi de la France, tome LVII, 1997, p. 211-212. []
  2. Francesco (1798-1874), Giovanni Antonio (1808-1875) et Fortunate (1807-1846), et le neveu Ricardo (1835- 1895). []
  3. G. Ahlsell de Toulza, « La cathédrale Saint-Alain de Lavaur », Albigeois, Congrès archéologique de France, 140e session, 1982, Paris, Société française d’archéologie, Musée des monuments français, 1985 p. 340 ; Archistra, n°100, Juillet 1991 à propos de l’église de Bourg-Saint-Bernard ; Cf. Mémoires de la Société archéologique du Midi de la France, Tome LII, 1992, p. 136. F. Maffre, « La cathédrale Saint-Benoît de Castres », Revue du Tarn, 1967, pp. 40 et 59. []
  4. « A la découverte de Joseph Piazza », Les anges dans nos campagnes, Peinture religieuse au XIXe siècle dans le Lot, Dess Patrimoine, Cahors, impr. France-Quercy, 2002, pp. 14-15. []
  5. Signalés par Bertrand Ducourau et Dominique Watin-Grandchamp (DRAC, Toulouse), que nous remercions. []
  6. D. Gardey de Soos et A. Lagors, « Sur les traces de Chavauty, peintre religieux des campagnes gasconnes », Société archéologique et historique du Gers, 2e trimestre 1998, pp. 240-270. []
  7. S. Duhem, Jacques Bosia (1788-1842), peintre d’églises dans le Tarn. En cours de publication aux PUM. []