À l’ombre des rinceaux : putti, rubans et candélabres. La fortune des grotesques d’Albi dans quelques églises du Tarn

MHR73_11810116NUCSi la notoriété des décors renaissants de la cathédrale d’Albi s’impose aujourd’hui comme une évidence, l’historiographie s’est peu attardée sur la résonance de cet ensemble monumental au cours des siècles qui ont suivi et sur l’utilisation qui a été faite de l’extraordinaire répertoire d’images peint sur les murs du sanctuaire. Quelle fut la forme des fresques de la cathédrale en France méridionale, et dans une moindre mesure, dans les paroisses de l’Albigeois ? Le sujet est vaste et mériterait une enquête approfondie.

La présente communication est le résultat d’un travail de recherche liminaire qui attend de nombreux développements ; en effet, notre champ d’études n’englobe pour l’instant que quelques paroisses tarnaises et l’examen de décors essentiellement produits dans les premières décennies du XIXe siècle. Nous proposons d’apporter un éclairage sur les travaux d’un peintre, « Jacques Bosia », qui fut d’une certaine manière, continuateur de l’oeuvre laissée par les fresquistes italiens venus travailler à Albi au XVIe siècle. Comme nous le constaterons, les corrélations vont au-delà des choix artistiques – qu’ils relèvent des citations stylistiques autant qu’iconographiques – tant le parcours de ce modeste peintre ressemble, à bien des égards, à la vie nomade des artistes qui sillonnaient les terres de l’Europe catholique sous l’Ancien régime. Les peintures murales laissées dans quelques sanctuaires montrent combien, à l’aube de l’industrialisation et de goûts nouveaux en peinture, les décors de la cathédrale surent trouver leur place dans l’ornementation des églises rurales albigeoises, voire au-delà…(suite à Consulter sur le site d’Academia)

L’art de Jacques Bosia, « barbouilleur » italien dans le Midi (1788-1842) – par Sophie Duhem

LAGARDE VIAUR 121C’est avec ardeur que Bosia a posé son pinceau sur les pans LAGARDE VIAUR 122colorés des murs, appliquant ici et là son cerne noir à la manière d’un calligraphe asiatique. Cherchant à esquisser ses figures, il leur a surtout donné vie et c’est naturellement ce que le spectateur perçoit quand il découvre son œuvre monumentale. Parce qu’il sait séduire le regard badaud et qu’il sait émouvoir, Bosia est incontestablement un maître, modeste certes, mais qui appartient autant à notre héritage qu’un « Delacroix » ou un « Chassériau ».

Longtemps cantonnés au statut de « barbouilleurs d’églises » – on les appelait ainsi en France sous l’Ancien Régime – les peintres de villages ont laissé derrière eux des œuvres étonnantes, mais bien peu connues. Les réalisations de Bosia sont de celles-là. Elles s’intègrent pleinement à «l’art paroissial» dont il reste beaucoup à dire, tant il porte l’empreinte de la vie des communautés de villages aux siècles passés.