Compte-rendu du séminaire des 7 et 8 avril 2022

Sophie DUHEM : Présentation du projet BAnDITI.

L’intervention a permis de présenter à l’assemblée le projet BAnDITI. Né en 2011, ce projet porte une importante dimension sociale, nécessitant de se rendre sur le terrain, d’aller au devant des associations et des habitants et au plus proche des œuvres. Le sujet est encore riche en découvertes tant le réseau des peintres italiens itinérants est large, avec des artistes comme les frères Pédoya, Ceroni, Piazza, Chavauty, Bosia, etc. 

 


Gérard d’ALTO : Les peintures murales des Pedoya : une production artistique remarquable, difficultés et enjeux liés à l’analyse de ce vaste corpus.

Le travail mené dans le cadre du Master d’Histoire de l’art, porte sur le réseau des peintres Pedoya, quatre membres d’une même famille bien identifiés, originaires de Cuasso-al-Piano (Lombardie). Leur production est très riche, comprenant une centaine d’édifices décorés entre 1830 et 1870 et ce sur une très grande étendue géographique, couvrant un large Sud de la France. La constitution d’une base de données relationnelle s’est donc avérée nécessaire. Les archives de l’Eglise et les délibérations des conseils municipaux ont été étudiées et rassemblées pour être exploitées via l’outil Excel. Les données ont été classées avec lieu et nom de l’édifice, la date, la nature des travaux, le coût, l’auteur des travaux, la provenance, des éventuelles remarques ainsi que leurs sources. Cela a permis de réaliser une frise chronologique et de faciliter les recherches. La représentation graphique avec Gephi, qui valorise l’analyse de réseaux par points, permet une visualisation claire. Les difficultés sont cependant nombreuses : étendue de la zone concernée (posant la question des circulations au XIXe siècle), églises peu accessibles, patrimoine en danger ou encore problèmes d’attribution des œuvres qui sont rarement signées.


Clara Carmentran : L’intérêt pour la couleur au XIXe siècle, entre théories et applications.

Le sujet de la recherche menée en Master porte précisément sur Edouard Guichard (1815-1889), un dessinateur ornemaniste français qui proposait aux manufactures françaises des modèles destinés à être imprimés sur des tissus ou des papiers peints. Il a fondé en 1864 l’Union centrale des beaux-arts appliqués à l’industrie qui souhaitait mettre en avant une industrie aussi glorieuse que d’antan. Il s’est intéressé après 1875 à la décoration intérieure et au rôle de la couleur en son sein. Entre 1880 et 1884, il a publié l’Harmonie des couleurs qui rend compte de ses recherches sur les couleurs pour le décor, les tissus, les panneaux de signalisation ou encore les couleurs à “mettre au mur” pour mettre en valeur les œuvres d’art. D’autres textes théoriques sur la couleur tels que De la loi du contraste simultané des couleurs (première édition en 1839) ou Des couleurs et de leurs applications aux arts industriels (1864) par Eugène-Michel Chevreul peuvent permettre de mieux comprendre la manière dont les arts décoratifs ont évolué au cours du XIXe siècle.


Mariana Burasovitch : Exercer le métier de peintre décorateur dans le Midi toulousain, Apports et limites des documents de première main (1830 – 1860).

Le fond Pedoya est constitué de 133 documents inventoriés au cours de l’année 2022. Ils démontrent une activité artistique foisonnante, une palette large de motifs et un goût prononcé pour l’architecture gothique et bien sûr l’ornementation. On été découverts dans les fonds archivistiques étudiés des croquis, des dessins piqués pour le report, des études mises au carreau ou encore des esquisses. Ces documents de première main du fond Pedoya apportent de précieux renseignements quant à l’exercice du métier de peintre décorateur. Les annotations sont essentiellement en français. Des limites à ces sources textuelles apparaissent cependant, les documents étant souvent sans contexte d’exécution apparent (non datés, sans lieu) et sans attribution formelle à l’un des peintres de la famille Pedoya.


Sophie Duhem – Pascal Guttierez : Le « barbouilleur » d’aujourd’hui n’est pas le « barbouilleur » du passé : le langage des sources imprimées.

Au XIXe siècle, le terme de “barbouilleur” est un adjectif communément péjoratif qui désigne l’activité d’un mauvais peintre, journaliste ou encore auteur. Le terme est déjà présent aux XVIIe et XVIIIe dans certaines sources textuelles aux côtés de nombreux synonymes comme badigeonneur, peintre de murailles, ou encore noircisseur. Arcisse de Cumount en 1841 dans son Cours d’antiquité monumentales reproche que des « barbouilleurs » aient masqué les peintures médiévales. Jacques Restout dans La réforme de la peinture de 1681 considère plus largement les barbouilleurs comme des “[…] mauvais peintres ou mauvais génies de la peinture


Jerôme Ruiz : Conservation et restauration de deux tableaux peints par Jacques Bosia : Saint Jean et la Crucifixion, 1834, église de Montirat, Tarn.

L’église de Montirat (Tarn) est imposante et surprenante par son décor. Elle a été décorée par l’atelier de Jacques Bosia en 1834, deux tableaux y étaient alors conservés : La Crucifixion,  avec la Vierge et saint Jacques et un Saint Jean évangéliste. Le tableau de la Crucifixion se trouvait dans un retable qui a été entièrement repeint par Bosia. Le retable était dans un en état d’effondrement qui n’a été constaté qu’à la dépose du tableau. Les deux tableaux, bien que peints par le même atelier et à des dates très proches, montrent deux préparations différentes, ce qui est tout à fait intéressant. La préparation de la Crucifixion est rouge, à base d’huile et d’ocre rouge. La préparation du saint Jean est blanche, à base d’huile et de céruse. La préparation rouge est très rare dans les travaux de Bosia, ce choix est alors sujet à questions. La préparation rouge est largement visible sur la Crucifixion avec la Vierge et saint Jacques, les ombrages des visages étant rouges sur ce tableau. Le peintre est donc revenu à une méthode “rétrograde” propre à l’Ancien Régime, par gain de temps. C’est l’un des rares exemples de l’Histoire de l’art de deux techniques différentes pour deux tableaux de la même dimension, de la même période et du même atelier.


Mariana Burasovitch : Le rôle des recueils d’ornements réunis par les Pedoya (1830-1860)

Les documents imprimés représentent 95 des 133 documents figurant dans le fond Pedoya étudié à ce jour. Parmi ces 95 documents, 50% sont religieux et 30% concernent les art décoratifs. Parmi les 23 planches d’art décoratifs, 9 représentent plus exactement des recueils d’ornements. Figurent dans ces recueils ceux d’Ernest Gambart, localisé à Paris entre 1833 et 1840 puis localisé à Londres ainsi que des planches d’Adolphe Bilordeaux, né et décédé à Paris. Ces découvertes montrent une certaine circulation des textes théoriques et techniques mais également une parfaite inscription des peintres italiens itinérants dans l’art de leur temps par la connaissance de ces textes et planches.

 

 

 

 

 



Citer ce billet
stevenvilpoux (2022, 18 mai). Compte-rendu du séminaire des 7 et 8 avril 2022. BAnDITI. Consulté le 19 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/lvrz

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search