Interview de Nicole Latgé, co-fondatrice de l’association Patrimoine en Couserans

INTERVIEW PAR TESS RIVIÈRE, Licence 3 d’Histoire de l’art | 24.02.2022

Fondatrice de l’association Patrimoine en Couserans avec son mari, Nicole Latgé effectue conjointement un Master recherche en Histoire de l’art. Le sujet de son mémoire : Les anges porteurs, quand le Moyen-Âge épouse la Renaissance.


PARCOURS PROFESSIONNEL

Quel est votre parcours professionnel ?

Ma carrière au Lycée Saint-Joseph de Toulouse ne fut d’aucune inspiration en matière d’histoire de l’art ! C’est plutôt mon enfance et mon adolescence auprès de ma famille qui le furent. Lors de nos promenades à Toulouse, le regard était attiré vers l’histoire des architectures. Il s’agissait de nous faire prendre conscience du sens, du beau et de la transmission du patrimoine.


Quel est le but de l’association Patrimoine en Couserans ?

Mon sentiment principal : il faut sauver cet héritage d’images. J’étais dans la chapelle du calvaire à Galey, petit village en Couserans dans la vallée de Bellongue (Ariège). Face à ces voliges ornées de têtes d’angelots avec des grandes ailes, la réponse que je pouvais apporter c’est d’imaginer la protection des images. Chaque fois que je passais devant cet endroit les angelots perdaient de leur couleur et c’était pour moi inconcevable de ne rien faire. Cela nécessitait bien sûr de protéger les lieux qui les abritent.


Depuis combien de temps et pourquoi vous êtes-vous intéressée à la médiation et à la préservation du patrimoine ?

Tout naturellement, c’était presque obligatoire. Comme une continuité de ces dix dernières années passées sur les bancs de licence à vouloir toujours tout savoir. Mon premier geste à la retraite a été d’en apprendre davantage. Impossible de n’être que consommatrice de l’art. Il allait de soi que je devais être actrice, c’est pourquoi j’ai ensuite monté notre association avec mon mari : Patrimoine en Couserans.


Qu’est-ce qui vous motive dans votre travail de recherche et de
médiation ?

La prise de conscience par tout un chacun de l’héritage formidable qui nous est légué. On ne peut pas reprocher à qui que ce soit de reléguer ou de laisser à l’abandon un quelconque élément du patrimoine, si on ne sait pas ce que c‘est, ce que cela représente dans notre histoire humaine.


LE TRAVAIL DE RECHERCHE

Quelle est votre approche in situ (sur le terrain) ? Faites-vous des démarches en amont ?

Je fais peu de démarches en amont, le patrimoine en Couserans est à portée de main et des yeux, il suffit de les ouvrir et de se faire ouvrir les portes.


Sur quel support plastique travaillez-vous ? Peintures murales ? Peintures de chevalet ? Les deux ? De la sculpture ?

Je travaille sur tout, tout est important lorsqu’il s’agit d’urgence. Le sauvetage est d’ailleurs le fondement de notre association : sauver dans l’urgence le patrimoine des édifices classés, inscrits ou non protégés et leur mobilier. Par exemple, les infiltrations dans les toitures ont des conséquences directes sur l’état du mobilier et des décors peints. Outre l’humidité, il y a un autre grand ennemi des boiseries : les insectes xylophages. Notre première action a été de sauver une descente de croix à Galey (Ariège). Ce village perché dans les montagnes disposait de cette œuvre datant du XVIIème siècle. Nous avons participé à sa restauration.
Dans le chœur de l’église Saint-Valier de Saint-Girons (Ariège), se trouve un tableau représentant l’Assomption de la Vierge. Tout le décor mural de l’église est de Francisco Pedoya. Dans un premier temps, une attribution avait été faite pour cette toile en faveur de l’atelier Pedoya. Plus récemment, des sources supplémentaires ont conduit à remettre en cause cette attribution. Pour en savoir davantage, une restauration s’impose. Le tableau étant en très mauvais état (toile trouée, gondolée), nous tentons de sauver cette œuvre pour essayer d’en obtenir une meilleure lecture. Il y a aussi l’exemple de l’église de Notre- Dame de Luzenac (Ariège) qui a ses premières pierres du XIIème siècle et une histoire jusqu’au XVIIIème siècle. Elle a dû être fermée à cause de sa toiture abîmée. Ceci engendrait des infiltrations qui dégradait le mobilier mais l’édifice était surtout devenu dangereux.

Nous avons œuvré du mieux que nous avons pu, nous avons présenté et concouru souvent avec des dossiers de mécénat à la Fondation de la Banque Populaire. Elle nous a gratifiés du premier prix et du prix coup de cœur. Des fonds ont été débloqués. Le maire s’intéressait au patrimoine et avait déjà permis d’amorcer les choses. Aujourd’hui elle est hors d’eau et nous attendons l’étude sanitaire pour pouvoir définir les grandes phases de restauration du bâti.


Avez-vous constitué des bases de données iconographiques et/ou archivistiques ?

Pas encore, mais cela devient nécessaire. Pour l’instant, je stocke des photographies et des
informations dans un dossier informatique spécifique portant chaque fois le nom de l’édifice concerné. Comme je collecte beaucoup de données, il devient compliqué de faire des comparaisons. Sur le terrain, j’ai toujours mon appareil photo. Je note mes réactions « à chaud » pour envoyer par la suite un compte-rendu aux personnes qui m’ont demandé de venir sur les lieux.


Comment collectez-vous les données archivistiques ?

Grâce à mes relations comme la directrice du patrimoine Couserans Pyrénées, les archives
départementales ou un historien et historien de l’art local. Les lectures sur les bulletins locaux comme Roman en Couserans. Bien sûr certaines de ces sources sont parfois à prendre avec des « pincettes ». Je consulte aussi les Revues du Comminges, le fonds Duclos et parfois les souvenirs des habitants. Mise à part les deux édifices sur lesquels nous portons toute notre attention en matière de sauvetage, d’autres associations sont créées pour s’occuper d’un édifice que l’on m’a parfois demandé d’aller voir dans un village X. Je lance ladite association avec les clés dont je dispose, me basant sur les collectes de sources.


LE(S) LIEN(S) AVEC LES PEINTRES ITALIENS ITINÉRANTS

Comment avez-vous découvert le travail des Italiens dans la région ? Avez-vous observé des ressemblances, des différences entre leurs productions respectives ?

Grâce à Sophie Duhem qui avait soutenu ma demande d’animation de visite commentée d’un retable en Couserans. Oui, pour ma connaissance, les Bosia ont un rendu totalement à l’opposé de celui des Pedoya. Le coup de pinceau n’a rien à voir, ni la facture, ni les mises en scène. Chacun a vraiment sa signature, sa singularité : grands coups de pinceaux et théâtralisation chez Bosia, travail « d’horloger » au pinceau fin pour les rinceaux de l’atelier Pedoya.


TRAVAIL DE MISE EN VALEUR PATRIMONIALE

Comment valoriser ce patrimoine auprès des habitants dans les villages ?

Valoriser veut dire déjà « s’en occuper », et s’en occuper veut dire le restaurer voire de le sauver afin de lui redonner la parole. On ne peut pas mettre, selon le proverbe, « la charrue avant les bœufs ».


Comment interagissez-vous avec les acteurs locaux du patrimoine ?

C’est très difficile et compliqué, cela dépend des équipes nommées à la culture et du maire, c’est-à-dire de l’intérêt porté au patrimoine en zone rurale.


Quels types de contacts nouez- vous avec les maires et les prêtres ?

J’ai beaucoup de chance, ce qui n’a pas été toujours le cas. Les nouvelles équipes et leurs maires sont à nos côtés. Cela n’a pas été sans mal. Le curé de Saint-Girons en revanche nous a fait confiance d’emblée comme les prêtres aux Pedoya ! Il est formidable. Tout ce qui tourne autour du patrimoine « le dépasse » (sic) dit-il ; sa mission est ailleurs. Il nous fait confiance et nous laisse faire du moment que nous le tenons au courant.


Comment les habitants « locaux » perçoivent-ils le patrimoine religieux dans la région? Quel intérêt et quel regard portent-ils dessus ?

La sensibilisation fut longue ! Mais le mal engendre souvent le bien. Les jalousies amènent l’être humain à toujours faire mieux que son voisin. C’est une vieille histoire. Depuis nos actions en Couserans, les associations se multiplient pour prendre soin de leur église. Je suis ravie, je ne  pouvais espérer mieux ! Plus récemment, à Notre-Dame de Luzenac, se trouvait un retable que les bâtiments de France avaient démonté pour voir s’il y avait des peintures cachées derrière et l’avait laissé dans l’état. Il était dévoré par des insectes xylophages mais il avait toujours quelque chose à raconter. Je voulais le sauver et à force de persévérance, il va partir en restauration au début de l’été.


Ont-ils conscience de la richesse de leur patrimoine ?

Pas tout à fait, mais avec le temps, les habitants viennent se renseigner, ils deviennent curieux. Lors des visites et des conférences organisées par notre association et lors des Journées Européennes du Patrimoine, scolaires et adultes servent d’éléments déclencheurs. Nous avons toutefois remarqué que les autochtones semblent assez réticents alors que les personnes venant d’horizons différents s’investissent.


Concrètement, quelles actions mettez-vous en place pour faire connaître la production Chavauty – Pedoya ? Quelles opérations de sensibilisation menez-vous ?

Des visites guidées et commentées ainsi que des conférences ; et il y a les JEP bien sûr. J’ai aussi saisi l’occasion lors d’une rencontre avec le maire et son équipe à la culture en lui proposant de tout lui raconter sur la chapelle de l’ancien Hôtel-Dieu de Saint-Girons. C’est un véritable musée Pedoya.


Comment dépasser les préjugés de personnes qui ne se sentent pas concernées par la production picturale artistique dans les églises ?

En décriant les effets « mode » peut-être. On entend parler en Couserans que du Roman – les gens adhèrent facilement au goût pour le Moyen-Âge qui est très populaire. Je m’applique à leur démontrer la richesse du XIXe siècle en puisant dans l’histoire et l’histoire de l’art. Je détaille et tente de leur prouver in situ la beauté des œuvres. Nous allons faire apposer une plaque commémorative sur la maison et atelier de Jean-Antoine Pedoya – l’épidémie nous en a empêché dernièrement. Cette action donne du poids et de la valeur aux yeux des Coursannais au nom Pedoya dont je souhaite souligner la singularité. Ce genre d’événement est souvent relayé par la presse, la radio locale, les réseaux sociaux ainsi que notre site.


Y a-t-il selon vous, une forme de paupérisation de ce patrimoine dans la région ?

Oui, depuis longtemps mais les choses changent, les associations se créent de plus en plus, mais ce sont les fonds qui manquent. Les communes ne peuvent pas investir à ce point. Mais les associations peuvent les aider et sensibiliser la population.


Pour pallier une forme éventuelle de paupérisation des églises de la région, certaines sont-elles détournées de leur fonction première (pratique du culte et recueillement pour les fidèles) pour pouvoir continuer d’exister ?

Vous pensez à des églises musées ? Chambres d’hôtes ? Pour être directe, je ne suis pas partisane de ce radicalisme. Je verse plutôt dans la nuance. Il peut y avoir des compromis. Un musée n’est pas un lieu porteur d’une croyance qui fut celle de l’Homme au fil des époques.
L’Homme a créé l’église comme lieu de culte, et le lieu doit donc se présenter ainsi à nos yeux. Ainsi oui, il continue à parler de notre histoire. Cela n’empêche pas d’y donner des concerts ou des visites guidées. L’essentiel est de ne pas déranger le lieu et que la commune puisse l’entretenir, aidée et subventionnée. Même si elles sont désacralisées, nous nous devons de laisser aux églises leur vraie parole « Qui étions-nous ? D’où venons-nous ? Comment vivaient les habitants à l’époque ? » À Saint-Girons, le curé veille. Un comité des concerts se met en place pour éviter les abus de tous ordres et respecter ainsi les deux parties : le culte ainsi que l’événementiel.


De quelle(s) façon(s) participez-vous au maintien d’un « patrimoine vivant » ?

Quand je m’aperçois de l’endormissement d’un édifice avec tout ce que cela implique (humidité, dégradation), et d’autant plus une église riche en matière de patrimoine, comme celle d’Audressein par exemple, je la programme dans mes visites guidées et je fais en sorte de souligner ses atours (les éléments d’ornement) et sa singularité. Gagnant en intérêt, d’autres personnes prendront le relais des visites guidées, une association se crée. À elle de travailler la suite.


Association Patrimoine en Couserans


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search