Compte-rendu du séminaire du 20 Janvier 2022

Pascal Gutierrez : Sources manuscrites, imprimées, utiles à l’étude des peintres Italiens, Apports, limites et difficultés.

Cette présentation consiste en une brève synthèse étymologique et sociologique partant d’un terme qui n’a pas été attribué au hasard : le mot “barbouilleur”. Elle vise à contextualiser le terme dans les écrits  passés, à identifier des vocabulaires approchants, dans le contexte précis de leur élaboration, et en partant de questionnements et d’ investigations tournées vers d’autres disciplines, notamment l’histoire sociale de l’art. Les synonymes employés entre les XVIIIe et XIXe siècles sont nombreux : Badigeonneurs, mauvais peintres, noircisseurs, cacopeintres, peintraillons ou rapins, etc – et dans un contexte de domination de l’académie de peinture, expriment souvent des jugements : ainsi,  un mauvais peintre s’écarte des principes académiquesChez Antoine Furetière dans le Dictionnaire universel, contenant généralement tous les mots français de 1690, le barbouilleur est celui qui peint grossièrementLa notion de “barbouilleur d’église” interroge les distinctions faites entre “mauvais” et “bon” peintre. Roger de Piles dans l’Abrégé de la vie des peintres, Paris, 1715, distingue le peintre de l’artisan. Il précise aussi que le premier maîtrise les couleurs et non le second. Pourtant, les “barbouilleurs” sont  souvent associés à la préparation des couleurs et à leur application dans les sources imprimées. Le badigeonneur,  plutôt considéré comme un artisan que comme un artiste, a aussi d’autres talents que les textes mettent en évidence, notamment un sens du décor et de la théâtralisation.  


Mariana Burasovitch : Les carnets des Pedoya : Collecte et exploitation des témoignages écrits de première main (années 1840-1869)

Cette communication fait écho aux recherches menées dans le cadre d’un Mémoire de Master dédié à l’étude des techniques de peinture murale maîtrisées par les peintres itinérants de Haute Garonne, du Tarn et d’Ariège. Cette présentation s’appuie les sources manuscrites consignées par les artistes, durant le troisième quart du XIXème siècle et tenues notamment par Jean-Antoine Pedoya et dans une moindre mesure par son neveu Ricardo. Une partie de cette documentation a été déposée aux archives départementales de l’Ariège, une autre est encore conservée par les descendants de cette famille de peintres. Rappelons ici que les peintres Pedoya sont originaires de Nord de l’Italie, que le premier départ de l’un des membres de la famille, François, s’est fait vers Toulouse en 1820. Ils ont réalisé les décors de plus d’une centaine d’édifices (connus à ce jour), dans une large portion du Midi, voire jusqu’en Aquitaine. Les textes, croquis et esquisses laissés par les artistes posent des difficultés de retranscription. Certains dessins ont fait l’objet de premières propositions de reconstitution avec le logiciel Adobe Illustrator, technique héritée de l’archéologie du bâti, quand d’autres croquis, à peine ébauchés, restent difficilement compréhensibles, additionnés à des notes mêlant français et italien. Les sources manuscrites désignent les Pedoya comme entrepreneurs même si ces derniers  se désignent plutôt comme peintre-décorateurs. Mais la notion d’entreprenariat est pertinente. Par entreprise, comprenons la mise en œuvre de capitaux et de main d’œuvre pour réaliser des services déterminés. Nous ne connaissons pas leur chiffre d’affaire, et nous ne savons pas quand l’entreprise Pedoya a été créée  ou si même elle avait une existence juridique… toutefois quelques traités mentionnant des paiements sont connus, payés en franc germinal. La réussite certaine de leur entreprise résulte de la constitution d’un réseau permettant la gestion de capitaux et de main d’œuvre artisanale. Cependant, il faut relever le paradoxe existant entre leur invisibilité dans l’historiographie et la probable prospérité de leur commerce.  


Gérard D’Alto : La construction d’une base de données à partir de sources archivistiques : Les registres de délibérations des conseils municipaux.

Cette communication s’intéresse à l’analyse du réseau social des Pedoya et d’un point de vue  méthodologique, à la constitution d’une base de données relationnelle. Nous appuyons cette enquête sur  les registres de délibération des conseils municipaux qui regroupent des données importantes et utiles à la compréhension de leur activité. L’objectif est de reconstituer les réseaux de relations, durant la période 1820-1870. Nous sommes partis du dépouillement des des archives des communes du département de la Haute-Garonne comme Rieumes, Fronton ou Merville. Ces dernières avaient l’obligation de tenir un registre des délibérations du conseil municipal. Le registre de Merville montre un modèle standard de délibérations, composé de formulaires à “trous” permettant d’identifier les personnes présentes, les dates et heures des séances. Le texte « Les pouvoirs municipaux de la commune entre 1800 et 1848 : un horizon chimérique » de Philippe Tanchoux (2013) est riche d’informations sur ces procédures. Il s’agissait d’examiner les besoins particuliers des municipalités, besoins financiers, matériels comme les budgets annuels. Les détails de dépenses et recettes donnent périodiquement des informations sur les financements et travaux menés dans les églises. Ces archives ont l’avantage d’être numérisées et disponibles en ligne sur le site des archives départementales de la Haute-Garonne avec des recherches possibles par communes et par périodes. Parmi les dépenses qui réglaient la vie des communes, il n’est pas rare de trouver mentionné le nom des Pedoya qui oeuvraient à l’agrandissement et à l’embellissement des églises.  Les peintures murales faisaient en général partie des “dépenses extraordinaires” ou “exceptionnelles” (par leurs montants). 

 


Mathilde Bensa : Utiliser les bases de données de l’Inventaire général du Patrimoine. Architecture de la villégiature des stations thermales des Pyrénées entre 1880 et 1914.

L’inventaire est un service crée en 1964 nommé initialement Inventaire général des monuments et des richesses artistiques de la France, fondé par André Malraux et André Chastel. La forte urbanisation des années 1960 a poussé à un service d’inventaire patrimonial. En 2004, ce service national a été transféré de l’État vers les régions. C’est cette même année qu’il prit le nom d’Inventaire général du Patrimoine.

L’article 95 de la loi n°2004-809 du 13 août 2004 précise que les missions de l’inventaire sont de recenser, étudier et faire connaître :

« L’inventaire général du patrimoine culturel recense, étudie et fait connaître les éléments du patrimoine qui présentent un intérêt culturel, historique ou scientifique […] la région et la collectivité territoriale de Corse sont chargées, dans leur ressort, de l’inventaire général du patrimoine culturel.»

L’inventaire est au coeur d’activités de recherche et d’expertises patrimoniales mais contribue aussi à l’enrichissement des connaissances via des publications, des partages des données, des expositions, des colloques et journées d’études.

Les bases de données nationales ont été fondées à la fin du XXème siècle (Base Mérimée créée en 1978 pour l’architecture, Base Palissy créée en 1989 pour les objets mobiliers) Les deux premières bases ne sont pas intégralement accessibles au publique mais partiellement via la Base POP : Plateforme Ouverte du Patrimoine, rattachée au ministère de la Culture et fondée en 2018) Un tri est effectué tant la quantité de fiches est importanteLa base de donnée Renabl, une base de donnée interne (non accessible au public) a été favorisée. Les données de Renabl sont reliées aux bases nationales Mérimée et Palissy. Des requêtes par mot-clés sont possibles comme sur toutes les bases. Cependant il est nécessaire de connaître des abréviations impératives pour mener des recherches (qui sont malgré tout communes à toutes les bases de données nationales). On peut retrouver pour un bâtiment sa localisation, sa datation, l’architecte, le commanditaire, un historique et une courte description. A chaque notice correspondent des images.  En conclusion, ces bases de données sont utiles pour affiner un axe de recherche ou définir un corpus. Les données peuvent concerner de nombreux sujets de recherches dans les domaines du patrimoine, de l’histoire et de l’histoire de l’art.  

 

Gérard D’Alto : Apports et limites des monographies d’églises.

L’étude des Italiens conduit à la lecture de nombreuses monographies d’églises. Celles qui ont été consultées ici sont principalement les monographies de l’Association de Recherche et d’Étude des églises et Chapelles de Haute-Garonne ou AREC 31. Le premier numéro a paru en en 1987, marqué, comme les suivants, par la volonté de valoriser le patrimoine religieux, partant d’ouvrages se voulant rigoureux scientifiquement. Les monographies de l’AREC 31 comportent toujours une introduction, des notices détaillées de plusieurs dizaines de pages, des éléments d’histoire civile, une description de l’édifice et d’autres lieux rattachés comme les presbytères ou les cimetières. L’apport de ces publications est essentiel car on y trouve des transcriptions de sources dont disposaient les prêtres, et certaines paroisses encore aujourd’hui, parfois des fonds d’archives remarquables qui ne sont pas disponibles aux archives départementales. Il faut noter également la richesse des illustrations (photographies, cartes, croquis). En revanche, la localisation des sources et leurs cotes n’apparaissent pas toujours dans les notes. Les auteurs font souvent abstraction des prises de position. 

 


Sophie Duhem, Le milieu relationnel des peintres Italiens à partir des registres de l’Etat-civil.

De 1539 jusqu’à 1792, les registres paroissiaux ou de catholicité permettaient aux prêtres de consigner des informations sur les paroissiens (dates de naissance, de mort, de mariage, de baptême). Les plus vieux registres trouvés remontent au Moyen Âge, et la systématisation de ces registres est plus tardive, postérieure au Concile de Trente. En France, l’ordonnance de Villers-Cotterêts en 1539 a obligé les prêtres a rédiger ces registres en français et à les tenir, quand c’était possible, en double exemplaire. Ils constituent une source précieuse pour étudier les Italiens itinérants. Les différents actes mentionnent les lieux de résidence,  et les noms de l’entourage proche, des témoins éventuels présents aux baptêmes et mariages. Tout ceci permettant, comme les registres de délibérations, de reconstituer les réseaux personnels entourant ces artistes.  

 

 

 

 



Citer ce billet
stevenvilpoux (2022, 25 mai). Compte-rendu du séminaire du 20 Janvier 2022. BAnDITI. Consulté le 19 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/lvs2

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search