Compte-rendu du séminaire du 20 mai 2016

banditi-programme-20-mai_1463040746076-jpg (1)

Invitée d’honneur: Josette CHEMERY, descendante des Pedoya, peintres italiens

Matinée

Sophie DUHEM :

Présentation du projet BAnDITI. Ce projet a à coeur de montrer que ces peintres italiens ne sont pas, comme le dit Richelet (1680), de simples “barbouilleurs”. Il est porté par deux équipes du LabEx SMS : “Structures de pouvoir” et “Mondes religieux” et vise à analyser les milieux de migrants, de documenter leur arrivée, leur intégration professionnelle, à les identifier et à valoriser leur travail. Ces artistes, tels que les PEDOYA, Jean CHAVAUTY ou Jacques BOSIA ont réalisé des décors monumentaux nombreux (pouvant aller du sol au plafond) mais aussi des peintures de chevalet, des mosaïques, etc.

Aborder la notion de “réseau” en Histoire de l’art. Le terme de “réseau social” apparaît pour la première fois en 1954. Au sein de ce projet, quatre points principaux vont être analysés, à savoir : la caractérisation des acteurs du réseau, des relations qu’ils ont entre eux, des relations de l’ensemble au sein du système et enfin de leurs comportements et des conséquences de ces derniers sur l’ensemble du réseau. BAnDITI vise à penser de nouveau outils méthodologiques en remettant en question des méthodes et des modes de réflexion. Ce projet prône l’interdisciplinarité, en faisant des liens notamment entre l’histoire de l’art, l’histoire et les sciences sociales.

Julien PASCHETTA : Carnets et dessins, témoins du travail quotidien des Pedoya au XIXe siècle.

Huit carnets des PEDOYA ( François, Jean-Antoine, Fortunato et Ricardo) ont été conservés par leur descendante, Madame Josette CHEMERY. Ces carnets, de petit format, sont à la fois des livres de comptes et des carnets de croquis qui donnent une image de la vie quotidienne d’un réseau déjà établi entre peintres et artisans. Ces carnets témoignent aussi de leurs préoccupations, à la fois personnelles et professionnelles sur un espace géographique étendu.

Thibaut DE ROUVRAY : Les peintres italiens itinérants dans les Hautes-Pyrénées. État de la question.

Les archives préfectorales, communales, notariales ainsi que les publications et articles ont permis de retrouver plusieurs artistes et les lieux dans lesquels ils ont travaillé. Ces artistes, tels que CHAVAUTY, GARBARINO, MANZONI, PEDOYA, VILLAR, VISCONTI ou encore LIMONGI ont produit de nombreuses peintures dans le département des Hautes-Pyrénées. En l’église Notre-Dame des Neiges de Trie-sur-Baïse par exemple, les frères PEDOYA ont réalisé des trophées figurés sur les murs, des allégories, des représentations des Pères de l’église ou encore des médaillons de saints. À Tarbes, ils ont décoré l’ensemble des voûtes par des représentations d’anges, d’évangélistes ou de rinceaux. Ces productions dans les Hautes-Pyrénées sont un témoin important de l’itinérance de ces peintres à travers la France et de la richesse de leurs productions.

Après-midi

-Clémentine SOUCHAUD : Valorisation numérique des données documentaires du projet BAnDITI.

Le projet BAnDITI va faire l’objet d’une valorisation à deux niveaux, numérique et sur le terrain. L’objectif est de créer un outil de connaissance, de gestion et de valorisation d’un projet patrimonial portant sur ces peintres italiens par le biais notamment des technologies de l’information et de la médiation. La valorisation scientifique, appuyée par les publications et les journées d’études, séminaires et colloques sera renforcée par la création d’un site internet, d’une application et l’actualisation constante des données sur les réseaux sociaux afin de mener en parallèle des actions sur le terrain par la création de circuits de visites, de flyers, dépliants et panneaux explicatifs.

-Jérôme RUIZ : Les italiens et la peinture de chevalet : le travail de Jacques Bosia dans le Tarn. Aspects techniques.

Le travail de Jacques BOSIA témoigne d’une pratique qui se complexifie au fil des années. Dans le Tarn, Jacques BOSIA a peint dans plusieurs églises telles que Labastide-de-Lévis, Lagarde-Viaur, Montirat ou encore Noailles. A travers ces différents édifices, ont été observés : des techniques diverses, des variations de matériaux, une rapidité d’exécution, un faible coût de fabrication et une qualité picturale plus ou moins travaillée. Un élément fondamental est le fait que le peintre a restauré des oeuvres antérieures, comme à Labastide-de-Lévis où sa restauration a permis d’éclaircir les personnages en les retravaillant à l’huile.

Dominique GARDEY DE SOOS : Chavauty peintre italien dans le Gers, état des lieux.

La production de Jan CHAVAUTY a été très abondante dans les Landes, le Gers, les Hautes-Pyrénées et les Pyrénées-Atlantiques. Ce peintre piémontais, issu du royaume de Piémont Sardaigne s’est sédentarisé dans les Landes, à Laboueyre. Ce peintre signait ses toiles par divers qualificatifs : Pinxit piémontais, Chavauty pinxit…permettant aujourd’hui de voir une aire de circulation importante. Ce peintre, qualifié de “pauvre artiste” ou “saccageur” a mené tout de même de nombreux chantiers qui ont pu être répertoriés.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.