Mariana et Gérard, des jeunes-chercheurs investis

Quel a été votre parcours universitaire à tous les deux ?

Mariana : ” En 2016, après avoir obtenu un baccalauréat scientifique, spécialité mathématique, au lycée Jules Michelet à Montauban, je me suis orientée vers la Licence Histoire de l’art et d’archéologie proposée par l’Université Toulouse Jean Jaurès. C’est en troisième année de licence que j’ai appris l’existence du projet BAnDITI et que j’ai découvert la production pittoresque des peintres italiens itinérants. Depuis, j’ai intégré le Master Histoire de l’Art Moderne et Contemporain (Master HAMC) sous la co-direction de Sophie Duhem et Virginie Czerniak. Je travaille, actuellement, sur les techniques de peinture murale déployées par les frères Pedoya, Ceroni et Jacques Bosia, dans les départements de la Haute-Garonne, de Tarn et de l’Ariège, durant la première moitié du XIXe siècle”.

 

Gérard : D’un naturel curieux et passionné, je ne pouvais être qu’emballé par le Projet BAnDITI. Il constitue le trait d’union entre les différents cursus que j’ai suivis à l’université puisqu’il me permet de profiter de la paléographie avec les archives, d’exercer mon œil d’historien de l’art et de pratiquer l’enquête de terrain anthropologique tout en réalisant des photographies. J’ai effectué mon stage BAnDITI lorsque j’étais en 3e année d’une double licence Histoire de l’art et Anthropologie. Alors que l’anthropologie était reliée à mon cursus précédent, l’histoire de l’art était là pour « me faire plaisir » et satisfaire ma curiosité. Finalement, grâce au stage et à son projet stimulant, j’ai poursuivi mes études en Master Recherche Histoire de l’art Moderne.”

 

 Vous avez été choisis pour participer à un stage au sein du Projet « Banditi » qui vous a placé pour quelques semaines dans la situation d’un « jeune chercheur » : en quoi a consisté concrètement votre mission ?

Mariana : ” Plusieurs missions m’ont été confiées. L’une d’elles fut la collecte et l’exploitation de données bibliographiques relatives aux édifices dans lesquels ces décorateurs mettaient en œuvre leurs savoir-faire et leur pratique artistique. Une autre concernait la recherche de mécènes, plus difficile, qui a soulevé beaucoup de questions gravitant autour de la visibilité de BAnDITI.

Gérard : “”Ma mission consistait à consulter les registres de délibérations des conseils municipaux des communes de la Haute-Garonne à la recherche de mentions concernant les peintres itinérants . J’avais suivi des cours de paléographie précédemment et cela m’a beaucoup aidé pour déchiffrer des écritures qui ne sont pas toujours abordables de prime abord”.

 

Vous attendiez-vous aux différentes missions dont vous avez eu la responsabilité ? Avez-vous été confrontés à une part « d’inattendu » ou « d’imprévu » ?

 Mariana: ” Il s’agissait de découvrir les différentes missions auxquelles les chercheurs pouvaient se retrouver confrontés. Du travail approfondi de lecture, avec un regard critique et bienveillant, et du travail de rédaction. Je dirai que ce stage m’a ouvert les portes d’un monde dont la richesse est largement inconnue, pourtant bien présente et avérée, encore aujourd’hui”.

Gérard : “Je n’ai pas spécialement été surpris par ma mission car c’était celle qui correspondait le mieux à mon profil.

 

Sans doute avez-vous rencontré quelques difficultés au cours de ce stage, qu’elles soient d’ordre matériel ou simplement humain. Comment les avez-vous surmontées ? Toutes l’ont elles été ?

Gérard : “Par contre, c’est l’ampleur de la tâche qui a été déconcertante. Dépouiller des archives demande beaucoup de temps et les cadres géographiques (toute la région Occitanie) et chronologiques (1820-1870) du projet BAnDITI impliquent la consultation de nombreux documents. Malgré, des recherches qui sont toujours en cours, il reste encore un travail considérable à accomplir. Cela permet de mesurer l’importance de leur production artistique (il y aurait largement plus d’une centaine d’édifices décorés ! ) qui se concentre sur environ cinquante ans. Par ailleurs, le travail en équipe était très stimulant et lorsque quelqu’un trouvait un « Italien » , toute l’équipe était  satisfaite de voir le projet avancer.

Mariana: ” Les difficultés matérielles sont sans doute les premières à freiner le travail de recherche en sciences humaines et sociales. Je songe d’abord au financement, évidemment, mais aussi aux moyens de transport  et au manque d’accès à un matériel scientifique ; sans parler de la crise sanitaire de la Covid-19…Pour les surmonter, j’avais, par exemple, tenté une demande de bourse alors destinée aux étudiants de Master. Bien que Monsieur Rolland Chabbert, directeur du Service de l’Inventaire général en Midi-Pyrénées, et Madame Catherine Gaich, Conservatrice générale du patrimoine (DRAC Occitanie) aient soutenu ma candidature – que je remercie vivement ; ma demande fut rejetée sans plus d’explications. Quant au travail de terrain, il fut largement entravé en raison de la crise sanitaire qui nous a tous touchés. Les services des archives furent fermés, les églises de même… sans parler de l’isolement lors des confinements successifs. Pour pallier ces difficultés, nous avons mis  en place des réunions informatiques, devenues indispensables et motrices, favorables au développement des idées. Elles nous ont permis de garder un lien pour continuer à faire vivre nos travaux. Du reste, grâce à l’avancée de l’informatique, nombre d’archives ont été numérisées. Ce sont donc ces recherches via l’ordinateur que nous avons menées, un bon moment.

Ce stage a-t-il répondu à vos attentes ? De quelle manière vient-il préparer votre entrée dans le monde professionnel ? Que vous a-t-il appris sur vous-même et sur « les autres » ?

Gérard : ” Ce stage a complétement répondu à mes attentes puisqu’il m’a permis d’acquérir de nouvelles compétences. Outre la découverte de nouvelles approches méthodologiques comme l’analyse des réseaux sociaux, il m’a permis de réaliser des photographies sur le terrain à la découverte de notre patrimoine régional avec ses églises rurales. Ensuite, il m’a permis d’apprendre à mieux m’organiser (car il y a tellement de pistes à poursuivre) pour mener à bien mes recherches.

Mariana : ” En préambule d’un master dont les attendus préparent au monde le recherche et de l’enseignement universitaire, le stage BAnDITI m’a apporté beaucoup. Je me suis rendue compte que le travail d’enquête n’était, en réalité, qu’une petite partie – de loin la plus intéressante – de l’ensemble des tâches qui nous incombaient. Ce qui m’a peut-être le plus surpris, c’est que même si le stage a pris fin, je n’ai jamais arrêté de chercher des informations sur les Italiens ; ce qui m’a conduit vers le Master HAMC. Je parlerai donc moins du stage que de mon expérience durant ce Master.

Le monde de la recherche, s’il est possible de le qualifier ainsi, est vaste, complexe si bien qu’en Licence nous n’avons pas précisément conscience de ce que cela signifie. Il y a, bien sûr, le travail d’enquête qui suppose de la patience pour lire, retenir et réfléchir à ce que nous collectons. Et le travail de terrain qui nous oblige à nous investir réellement. Cette ouverture d’esprit et le développement d’un regard critique et bienveillant, conséquences de ce double engagement, apportent une ouverture au monde – et pas uniquement celui de la recherche universitaire – qui, je pense, ne peut pas se retrouver dans un autre domaine. À l’instar de cette expérience singulière qui m’a appris à synthétiser et à hiérarchiser les idées que je développe dans mon mémoire ; les différents stages auxquels j’ai participé et ce Master dans lequel je me suis engagée, m’ont également permis de réfléchir aux valeurs que j’ai envie de porter dans mon quotidien, autant dans ma vie professionnelle que personnelle.

La première chose que j’ai apprise et mise en pratique tient en un mot : humilité. Nous sommes obligés d’accepter l’imperfection ; d’apprendre que ce que nous produisons est déjà dépassé, dès lors que nous l’écrivons. Nous sommes en permanence soumis à des contingences de temps et de résultats charpentés par les exigences universitaires. En conséquence, nous sommes régulièrement subordonnés au stress qu’il nous faut apprendre à gérer. Pour avancer, nous travaillons donc en équipe. Notre collaboration m’a permis de prendre confiance en moi et de grandir. Nous nous retrouvons régulièrement pour parler de nos différentes avancées, les idées déferlent alors en cascade. Et, même si tout n’est pas parfait, je dirai que « seul on avance [peut-être] plus vite, mais à plusieurs on va [à n’en pas douter], plus loin. »

 

Quel est votre meilleur souvenir de ces quelques jours ? Avez-vous une anecdote à laisser à la mémoire de BAnDITI ?

Gérard : “La consultation des archives n’est pas toujours passionnante, surtout lorsque l’on affaire à des problèmes législatif. Heureusement, de petites anecdotes relatives à la vie du village viennent égayer le dépouillement. Mais la plus grande satisfaction reste la lecture du nom d’un peintre italien !”.

Mariana : “L’un des meilleurs souvenirs que j’ai de ces trois années liminaires de recherche a été de pouvoir assister à la remise d’une partie des documents, de première main, laissés par les Pedoya. Madame Josette Chémery et, Max Pedoya, déposèrent aux Archives départementales d’Ariège à Foix, des cartons, dessins et calques piqués pour le report, des études (la liste n’est pas exhaustive). Ce fut un de ces moments qui restent gravés et dont je me souviendrai longtemps”.

 



Citer ce billet
Sophie Duhem (2022, 2 juin). Mariana et Gérard, des jeunes-chercheurs investis. BAnDITI. Consulté le 19 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/lvs4

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search