L’art de Jacques Bosia, « barbouilleur » italien dans le Midi (1788-1842) – par Sophie Duhem

LAGARDE VIAUR 121C’est avec ardeur que Bosia a posé son pinceau sur les pans LAGARDE VIAUR 122colorés des murs, appliquant ici et là son cerne noir à la manière d’un calligraphe asiatique. Cherchant à esquisser ses figures, il leur a surtout donné vie et c’est naturellement ce que le spectateur perçoit quand il découvre son œuvre monumentale. Parce qu’il sait séduire le regard badaud et qu’il sait émouvoir, Bosia est incontestablement un maître, modeste certes, mais qui appartient autant à notre héritage qu’un « Delacroix » ou un « Chassériau ».

Longtemps cantonnés au statut de « barbouilleurs d’églises » – on les appelait ainsi en France sous l’Ancien Régime – les peintres de villages ont laissé derrière eux des œuvres étonnantes, mais bien peu connues. Les réalisations de Bosia sont de celles-là. Elles s’intègrent pleinement à «l’art paroissial» dont il reste beaucoup à dire, tant il porte l’empreinte de la vie des communautés de villages aux siècles passés.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *