Arma Christi et « outils du martyre »

RIEUMES-BCD-T2-CH2-VO3©Duhem-UT2J - copie Le terme d’Arma Christi ou « armes du Christ » désigne – avec les « outils du martyre » – les instruments ayant servi à la Passion du Christ, depuis ses souffrances jusqu’à sa mort sur la croix. Le mot « arme » est utilisé en référence à l’héraldique et non à la symbolique guerrière. Ce thème médiéval connut son apogée aux XVe et XVIe siècles sur tous types de supports, en milieu rural comme en milieu urbain et ses symboles furent très populaires jusqu’au XIXe siècle.

Ces instruments, de formes diverses, peuvent être présentés par des anges, lesquels tiennent par exemple des clous ou des tenailles, une croix, une couronne d’épines, la « Véronique » ou encore l’inscription I.N.R.I (Iesus Nazarenus Rex Iudaeorum) portée sur la croix. On trouve aussi, même si on les voit moins souvent : le marteau, la colonne, l’éponge imbibée de vinaigre, la lanterne, le coq, la tunique et bien d’autres objets. Les Arma Christi et autres outils du martyre doivent être lisibles à la lumière des citations évangéliques.Capture d’écran 2016-07-03 à 13.44.34

Le projet BAnDITI propose un vaste corpus iconographique permettant d’illustrer ces instruments de la Passion. Dans le chœur de l’église Saint-Gilles de Rieumes par exemple, un ange est représenté tenant la « Véronique ». Selon la tradition, Véronique, pieuse femme de Jérusalem, aurait tendu son voile à Jésus pour s’en essuyer le front, alors qu’il était épuisé par son ascension du Golgotha. Lorsqu’il lui rendit ce tissu, le visage divin s’y était miraculeusement imprimé. De multiples sanctuaires revendiquent la possession de ce voile imagé qui a inspiré les plus grands artistes, en peinture comme en sculpture. À Rieumes, la Sainte Face est présentée par un ange dansant, aux ailes dorées et déployées, qui prend place, entouré de multiples rinceaux sur fond d’azur, dans l’un des huit voûtains du chœur. De même, dans une des chapelles, un ange tient entre ses mains la couronne d’épines, tandis qu’un autre présente aux fidèles l’écriteau I.N.R.I. Ces artistes italiens que sont les Pedoya représentent fréquemment des instruments de la Passion sous leur forme classique mais il serait intéressant de se demander s’ils ont pu diversifier la palette de ces instruments ? Ou encore s’ils se sont écartés des modèles traditionnels ?

Capture d’écran 2016-07-03 à 13.48.33Les souffrances du Christ, pour qui l’aurait oublié, ont été décrites dans le détail par Brigitte, princesse de Suède dans ses Révélations, traduites pour la première fois du latin au français, à Paris, en 1834, peu de temps avant que Charles Rohault de Fleury (1801-1875) ne rédige son Mémoire sur les instruments de la Passion de N.-S. J.-C. (1870). Pour bien comprendre dans quel contexte étaient valorisés les instruments de la Passion en Italie au lendemain du Concile de Trente, le lecteur peut aussi se reporter à la consultation du savoureux petit traité de l’oratorien Antonio Gallonio (1556-1605) publié à Rome en 1591, sur les instruments du supplice du Christ et les mille façons de faire souffrir les saints martyrs. Enfin, la bibliographie récente ne manque pas de points de repères comme la publication des actes des Premières Rencontres Méditerranéennes « Monuments et décors de la semaine sainte en Méditerranée : arts, rituels, liturgies » publiés à Toulouse en 2009.

Clémentine Souchaud


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *