Le beau, le laid et la recherche française. Quand l’Italie ne faisait plus rêver

le beau1Ce court texte ne viendra pas à bout des vastes horizons que laisse entrevoir ce titre quelque peu ambitieux. Cette rubrique, en revanche, partant du cas concret des Italiens « peintres de murailles », nous amènera à faire quelques constats et à deviser de ce qui, à un moment donné, a exclu du champ des recherches menées au sein de l’Histoire de l’art (celle des périodes moderne et contemporaine) les créations des « barbouilleurs » d’églises. Comment expliquer le vide historiographique qui conduirait presque à s’interroger sur leur existence d’hommes ? Qu’ont fait ces peintres émigrés, en leur temps, ou malgré eux, pour tomber ainsi dans l’oubli total de la mémoire collective quand leurs œuvres décaties se comptent par centaines dans les départements du Sud de la France, voire dans d’autres régions ?

Bien sûr, se pose d’emblée la question de l’émigration et de l’assimilation de ces expatriés par la société française au cours du XIXe siècle. Mais à regarder de près, on ne peut que constater leur intégration réussie dans le monde du travail – celui de l’artisanat d’art – comme dans les paroisses, aux côtés des prêtres et des institutions communales qui constituaient l’essentiel de leur clientèle.

Faut-il invoquer la « ruralité » ? « Ah !…les campagnes françaises ! ». Là encore, vaste sujet qui nous rapproche à coup sûr d’un motif d’exclusion car si le rustique a son charme, il relève aussi de beaucoup de vieux poncifs et de « non-dits », lesquels ont toujours tendance à corréler la modernité au contexte urbain. Pourtant, l’étude des villages et des communautés villageoises est portée par de grands spécialistes depuis Marc Bloch et les promoteurs de l’histoire des sociétés rurales, née dans les années 1930.

Le beau2Mais ça n’est pas tant le regard de l’Histoire qui nous intéresse ici que celui de sa proche parente, l’Histoire de l’art, discipline la mieux à même de documenter le travail des peintres. Et force est de constater un curieux paradoxe : alors que la recherche actuelle se montre toujours extrêmement attentive à la Renaissance et aux transferts artistiques opérés au moment des guerres d’Italie, avec la venue des ingénieurs, des peintres ou des sculpteurs italiens à la cour de France, la bibliographie sur les peintres émigrés se réduit comme peau de chagrin dès lors qu’on franchit la fin du règne de Louis XIV. Comme si ce formidable moment d’échanges s’était éteint à tout jamais dans un ultime flamboiement de l’art Français, définitivement nourri de l’éclat originel ultramontain et de ses génies.

En réalité, la flamme ne s’est jamais vraiment éteinte ; elle a même scintillé fort longtemps avant de renaître à la périphérie des foyers savants, dans les campagnes françaises où les églises ont été ranimées au XIXe siècle par un souffle dévotionnel nouveau.

Outre le déplacement de l’Italie à la campagne, le répertoire choisi par les artistes n‘a guère plaidé en leur faveur. Si le mysticisme, par ces temps incertains, fascine plus que de raison, le « religieux » a moins la cote au sein de la recherche française, et les breloques du catholicisme font figure d’épouvantail. Les « bondieuseries » qui couvrent les murs des églises ne suscitent guère l’enthousiasme même si l’on s’émeut encore des peintures colorées que l’on découvre par hasard dans les villages.

– « Alors, ma bonne dame, cette amnésie ? Les Italiens ont bien quelque chose à voir avec les centres d’intérêt de cette discipline ? »

– « Rien n’est moins sûr, voyez-vous, n’est pas « Italien » qui veut ! »    Le beau3

En effet, ce serait oublier bien vite que l’Histoire de l’art a intégré, dès sa naissance, une formalisation de l’esthétique, du bon goût et de la nature du beau qui doit beaucoup à la philosophie critique. Si cette spécialité s’attarde sur la question du « beau », elle rechigne à étudier le « laid », non comme « objet » mais comme « manière » – ce qui est mal fait – notamment dans le champ d’étude de la période moderne. Et pas n’importe quel « laid » puisque les ratés de Michel-Ange ou du Caravage animent toujours avec passion et ferveur les polémiques savantes et les produits éditoriaux récents. Nous voulons parler des vrais dérapages esthétiques, ceux qui trahissent des lacunes, un manque de savoir-faire technique, pour ne pas dire un manque de culture et d’érudition.

Nos barbouilleurs sont ainsi nommés car ils ont l’art de les conjuguer, capables du meilleur mais également du pire. Tel Bosia (1788-1842), par exemple, qui dans le feu de l’action peint des pieds comme des mains, des mains comme des pieds, et des trognes à faire trembler. Si l’autoportrait supposé de l’artiste fait froid dans le dos, quelques morceaux de bravoure comme le Jugement Dernier de l’église de Labastide-de-Lévis ou ses motifs d’ornements, laissent à l’inverse pantois. Du sublime au moins bon, le pire de Bosia ou des Pedoya  est donc très loin du plus médiocre de Léonard, nous sommes d’accord.  Mais devons-nous pour autant accepter l’idée, qui revient comme une antienne,  que « ce qui n’est pas (techniquement) de l’art » est étranger à la discipline, et devrait basculer dans le champ des sciences sociales ou d’autres sciences humaines ?

Sans titreAssurément, l’Histoire de l’art est entrée dans le monde des sciences historiques toujours vêtue de ses vieux oripeaux et se détourne avec dédain des arts dits populaires.  Toutefois, il est des guerres qu’il n’est pas utile de mener. L’équipe Banditi s’amuse de l’élitisme disciplinaire qui relève d’une posture qui n’est pas défendable sur le plan scientifique, d’autant moins qu’elle a été lourde de conséquences sur l’historiographie et la conservation des ensembles peints. Elle a aussi compris depuis longtemps que les promesses d’avenir ne se trouvent pas dans la millième publication sur Versailles. Il y a beaucoup à apprendre des marges, et de ce qui s’y passe. Le réseau constitué par les barbouilleurs est un formidable terreau pour appréhender les questions débattues sur les transferts culturels et les mobilités artistiques. Restons zen : les amateurs de fraises continueront d’en manger quand d’autres préfèreront les nèfles, et c’est heureux.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.