Les peaux du ciel – par Julien Paschetta

Fig. 1 Rieumes @ Sophie Duhem

Fig. 1 Rieumes @ Sophie Duhem

Les artistes italiens venus travailler en Languedoc et Gascogne au XIXe siècle sont nombreux. Parmi eux se trouvent les Pedoya, peintres originaires de Cuasso al Piano, une petite commune située au nord de Varèse en Lombardie. Nous leur devons des décors ornant l’intérieur de certaines églises et s’inspirant fort probablement des peintures murales de la Cathédrale Sainte-Cécile d’Albi, également réalisées par des Italiens au XVIe siècle. Ces décors interpellent par le bleu qui les compose et incitent à s’interroger sur l’emploi de cette couleur. Nous invitons ainsi le lecteur à une réflexion subjective sur le « bleu », faite de quelques mots personnels et d’impressions fugaces.

Lorsque je lève la tête pour contempler un ciel dégagé, une palette d’émotions investit mon temple intérieur. Certaines prennent le pas sur d’autres, suivant le moment. L’amour, la paix, l’émerveillement, un souvenir positif en particulier ou encore une soudaine impulsion créative. Et ces ressentis, suscités par l’azur, ne se manifestent pas sans raison. Le bleu est une couleur liée à l’abolition des frontières entre l’esprit et la matière, profondément connectée à l’imagination, aux rêves, à la sérénité, à l’intuition et à la spiritualité. C’est un champ chromatique qui se déploie sur la surface d’un objet ou d’une substance organique et qui semble en effacer les contours, nous invitant à transcender l’univers phénoménal pour goûter au silence des espaces infinis. Un silence paisible qui émerge de l’éternité du moment présent, où le bleu devient la porte d’entrée d’un monde imaginaire, chargé de rêves fantastiques, de révélations subites ou de pensées douloureuses. À l’image du jour et de la nuit qui s’engendrent mutuellement, comme nous l’enseigne la deuxième énigme du Sphinx, le bleu sombre de la vie nocturne, évoquant les mystères de l’inconscience, tend vers l’azur de la vie diurne, qui rappelle la conscience. Ce passage réciproque de l’un à l’autre illustre une respiration vitale de l’esprit, un renouveau de l’existence. Ainsi, le bleu s’engendre lui-même et laisse sur son passage une voûte céleste recouverte d’éphémères tonalités azurées, parfois traversées par les orangés et rouges crépusculaires, que préserve la palette de la mémoire humaine.

Couleur symboliquement associée au divin et au savoir, le bleu est une invitation à dépasser notre propre condition par l’esprit, à rechercher l’expansion de notre conscience. Pourquoi ne pas partir à sa recherche pour s’affranchir des contraintes de la vie matérielle et que celle-ci devienne le rêve éveillé d’une vie de rêve ? Ainsi, le bleu est un creuset alchimique où s’unissent les tendances opposées de notre nature soumise à l’acceptation du caractère cyclique de l’existence. Ce champ chromatique, aux multiples peaux, appelle à s’adapter, à changer et à innover, souvent de manière subtile et parfois radicale.

 

Fig. 2 Le Lherm @ Sophie Duhem

Fig. 2 Le Lherm @ Sophie Duhem

Si la perception du bleu est incontestablement biaisée par des siècles de construction culturelle et des pratiques sociales qu’elle a suscitées (vêtements, étoffes, vie quotidienne, symboles)[1], l’effet produit sur le spectateur ne doit pas être négligé. Le concept d’inconscient collectif pensé initialement par Carl Gustav Jung (1875-1961), s’attachant à désigner les fonctionnements humains liés à l’imaginaire, quels que soient les époques ou les lieux, qui conditionnent les représentations individuelles et collectives, peut renvoyer notre connaissance du bleu à l’enfance de l’humanité. Le ciel, la mer, la terre… l’espace ? Tous ces foyers qui ont gardé le souvenir du bouillonnement de la soupe primordiale dont nous sommes issus.

Le travail des Pedoya rend compte d’un usage spécifique du bleu. Ils ont exporté et employé cette couleur dans des endroits retirés des provinces françaises. Leur objectif était de répondre à la demande du client en magnifiant l’espace divin, plus particulièrement la voûte qui est une image du ciel, et de rendre hommage à Dieu pour s’attirer ses grâces. Mais, avaient-ils vraiment conscience du pouvoir suggestif du bleu sur eux-mêmes comme sur le spectateur ? Ou bien ne faisaient-ils que répéter une certaine tradition artistique et symbolique ? Nous l’ignorons. Il n’en demeure pas moins que le bleu qu’ils utilisaient permet de faire ressortir les ornements décoratifs en grisaille, comme pour marquer la présence de la sphère céleste au cœur du monde terrestre. À la vue de la surface peinte dans les églises de Rieumes et Le Lherm, il semble que le bleu s’impose au point de dominer l’ensemble, la plupart du temps (fig.1 et 2). Est-ce une volonté des artistes de laisser leurs figures s’épanouir librement dans le décor azuré ? Ou bien le fruit d’un attrait particulier pour cette couleur ? Les prêtres ou les fabriciens s’en sont-ils mêlés ? À Mauzac, l’église arbore uniquement le bleu sur les frises de sa voûte plate (fig.3), tandis que les murs de l’église de Merville revêtent un bleu nettement plus clair dans les médaillons où se trouvent les apôtres. La réponse à la demande du client est donc un facteur qui rentre en ligne de compte, et ce constat dénote la capacité des Pedoya à modifier sensiblement leur programme artistique, à l’image du bleu qui s’adapte naturellement à la forme de l’objet.

 

Fig. 3 @ Sophie Duhem

Fig. 3 Mauzac @ Sophie Duhem

L’aspect technique est également une donnée importante à considérer. Le bleu des Pedoya correspond à celui qui a été conçu par Jean-Baptiste Guimet (1795-1871), à savoir un outremer artificiel connu sous le nom de « bleu Guimet ». Nous sommes bien loin du pastel local ou de l’onéreux outremer naturel qu’employaient leurs illustres prédécesseurs de la Renaissance, mais ce bleu était très en vogue au XIXe siècle. Moins cher et doté d’une puissance chromatique intéressante, le bleu Guimet a notamment été utilisé par Ingres dans L’Apothéose d’Homère, une huile sur toile qu’il réalisa en 1827[2]. Son utilisation par les Pedoya indique que ces derniers restaient attentifs aux évolutions techniques de leur temps. Ils ont sans doute vu dans cette couleur un moyen de rentabiliser leur travail de recouvrement d’une surface murale pour un prix raisonnable, tout en ayant la possibilité de jouer sur ses intonations dans un but esthétique.

Les nuances de bleu, pouvant tendre vers le gris, le vert ou le violet, reflètent la capacité de modulation de cette couleur aux autres teintes. Le bleu est aux voûtes ce que les carnations sont à la peau. S’adapter, s’associer… Les Immigrants italiens, ayant délibérément fait le choix difficile et nécessaire de quitter leur terre, ont été obligés de montrer ces qualités. Au regard de la production artistique qui nous est parvenue, nous pouvons dire qu’ils ont réussi leur intégration sociale et professionnelle. Mais à l’image du bleu envoûtant de la muraille céleste qui s’impose et nous invite de multiples manières à pénétrer cet insondable infini, il apparaît que ces peaux du ciel ont encore bien des choses à nous raconter…

Julien Paschetta

 

[1] PASTOUREAU Dominique, Bleu : histoire d’une couleur, Paris, Editions du Seuil, 2014 (1ère édition : 2000).

[2] MARBACH Christian, « Guimet, X 1813, bleu outremer », Bulletin de la Sabix [En ligne], 52 | 2013, mis en ligne le 13 novembre 2014, consulté le 09 août 2016. URL : http://sabix.revues.org/1184

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.