Le voile de Véronique / Il volto santo

capture-decran-2016-11-11-a-16-43-08

La présence de représentations religieuses dans les différentes églises que les artistes italiens ont pu orner sur les terres du Haut-Languedoc et de Gascogne est tout à fait intéressante. Qu’il s’agisse des évangélistes, de la Vierge et de Jésus ou d’angelots portant des instruments de la Passion, ces sujets occupent une place récurrente sur les voûtes et les murs des édifices religieux. Parmi eux, le voile de Véronique qui a recueilli la « Sainte Face » du Christ est une image que nous avons pour l’instant pu contempler dans deux églises de Haute-Garonne, où ces peintres exercèrent leur activité.
C’est à travers plusieurs écrits qu’est évoqué ce voile de Véronique. Dès le Ve siècle, il est mentionné par l’évangile apocryphe de Nicodème ; au VIIsiècle, Bède (moine anglo-saxon) dit, en parlant du voyage d’Arculfe (évêque gaulois) à Jérusalem que le voile avait semble-t-il subi l’épreuve du feu (ordalie) ce qui appuya la croyance du peuple dans l’authenticité de la relique. Sauf qu’à la même époque il y aurait eu à la basilique Saint-Pierre de Rome, à l’oratoire de Véronique, le suaire « dont le christ s’était servi pour essuyer sa très sainte Face »[1].

Dans son Grand dictionnaire de la Bible [2], Honoré Simon décrit cinq « linges » ou « suaires » qui servaient à « envelopper le corps de Jésus-Christ ». À la fin de ces explications est mentionné le fameux voile : « Outre ces cinq linges, on voit encore à Rome, à Jenes, ville d’Espagne, et dans l’Église de sainte Croix en Jérusalem, le voile, ou couvre-chef de sainte Véronique. On le montre toutes les années le Jeudi saint dans les Églises dont je viens de parler ». Instrument de procession et de pèlerinage, il faisait ainsi l’objet d’un véritable culte et était exposé aux fidèles en tant que relique.

Véronique est le nom donné à la pieuse femme ayant essuyé le visage en sueur et en sang du Christ lors de sa montée sur le chemin du Calvaire, au mont Golgotha. Dans l’iconographie, elle est représentée avec un turban ou une coiffe rappelant son origine orientale et portant le fameux voile à l’effigie du Sauveur. Ce prénom proviendrait de « vera ikon » qui désigne une image véritable, une véritable icône. Ce voile, plié en trois, permit à l’image du Christ d’être imprimée par trois fois. Les représentations sont désignées par certains acheiropoïètes c’est-à-dire « non faites de main d’homme ». Elles dévoilent un visage d’homme ovale et allongé, l’air grave et mélancolique, arborant une barbe courte et les cheveux longs retombant de chaque côté du visage. L’original (parmi toutes les reliques, celui que l’on juge comme le plus « authentique ») du voile est conservé dans la loggia du pilier sainte Véronique à la basilique Saint-Pierre de Rome. Cette Sainte Face, sans doute la plus populaire, avait été citée par le Pape Serge IV en l’an 1011 à Rome et elle avait été évoquée en 1200 par le Pape Innocent III lors d’un sermon du premier dimanche après l’Épiphanie[3].

rieumes-veronique

Cette dévotion particulière au voile a connu un engouement exceptionnel au XIXe siècle, dans un contexte de renouveau religieux. Dans l’église Saint-Gilles de Rieumes, dans les années 1850, François Pedoya peint un ange aux ailes déployées, vêtu d’une longue tunique aux plis voletants, le regard porté au loin, tenant du bout de ses bras le voile de Véronique. Sur ce dernier, le visage du Christ apparaît, quelque peu arrondi, les cheveux longs. Ce voile est traité de la même manière et avec les mêmes couleurs que le corps et les vêtements de l’ange, où se déploient des nuances de gris. Le regard du Christ semble porté vers les cieux, tel le regard de l’ange. Les futures campagnes de relevés du projet BAnDITI permettront sûrement de mesurer la fréquence de répétitions de ce motif dans le corpus des Italiens. Il sera intéressant de voir, dans les prochaines prospections, si cette représentation est courante ou non chez les artistes étudiés dans notre programme. Si oui, que faudra-t-il en déduire ? À Rieumes, le voile est représenté quatre fois, deux fois en symétrie dans le quatrième voûtain du chœur et deux fois en symétrie dans le sixième voûtain du chœur. Ce n’est pas Véronique qui est représentée, mais un ange semblable aux autres, musiciens, orants ou portant des phylactères que l’on peut admirer à plusieurs endroits dans l’église. Son corps porte un drapé gris dont les plis tournoient sur des rinceaux de même couleur, le visage tourné vers les cieux et les ailes dorées se déployant suivant le mouvement courbé du corps. À Salles-sur-Garonne, tout comme à Rieumes, le voile de Véronique est représenté dans le chœur, sur le sixième voûtain. Cette fois-ci ce n’est pas un ange qui tient la Sainte Face mais deux angelots portés par un nuage. Les couleurs sont plus variées, des teintes de gris, ocre, vert, rouge et beige se mêlent aux mouvements de ces deux petits personnages. L’un est en prière, le regard fixé sur le voile, l’autre regarde son camarade, tenant le visage du Christ dans sa main, le bras tendu.

La Véronique faisait-elle l’objet de dévotions particulières à la campagne ? Outre ces représentations picturales, par quels autres types de documents pouvait-elle être valorisée dans les paroisses ? (textes, statues, etc. ?). Un autre artiste italien, Jacques Bosia (1788-1842), actif dans les premières décennies du siècle, n’a cependant pas représenté la Sainte Face dans les œuvres tarnaises qui nous restent de lui. Tout porte à croire que la réintroduction de la dévotion dans les campagnes, à une date plus tardive, est à l’origine de la répétition du motif dans les décors. S’agirait-il d’une réintroduction de la dévotion dans les campagnes au cours du XIXe siècle ?

Le voile de Véronique et les autres instruments de la Passion ont fait, en leur temps, l’objet d’études approfondies par Charles Rohault de Fleury dans son Mémoire sur les instruments de la Passion de N.-S. J.-C. mais l’on trouve aussi des éléments précieux sur l’histoire du voile de Véronique et des différentes scènes de la Passion dans le Dictionnaire des mythes et des symboles de James Hall (1997) ainsi que dans le dictionnaire de Michel Pastoureau et Gaston Duchet-Suchaux, La Bible et les Saints (1999, réed. 2014).

 

[1] GRIMOÜARD DE SAINT-LAURENT Henri-Julien, Guide de l’art chrétien : études d’esthétique et d’iconographie, Paris, 1874.

[2] SIMON Honoré, Le grand dictionnaire de la Bible, ou explication littérale et historique de tous les mots propres de l’Ancien et du Nouveau Testament qui peut servir de commentaire alphabétique, Lyon, 1768, page 20.

[3] MILLIEZ Pierre, Pièces à conviction du messie d’Israël : Étude des reliques de Jésus, Paris, 2015, p. 207.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *