Compte-rendu du séminaire du 21 octobre 2016

nuees

 

Clémentine SOUCHAUD : Bilan de la valorisation du projet BAnDITI

L’intervention a permis de présenter tout d’abord l’avancée des prospections sur le terrain. Avec un total de dix-sept paroisses visitées depuis le début de l’année 2016, il a été possible de voir les similitudes entre les motifs ainsi que les couleurs qui ont été utilisées par les artistes italiens. Le site internet a ensuite été présenté du point de vue de sa structure (organisation des pages) et des logiciels employés à l’intérieur même du site, tels que Zotero, UMap, etc. Pour finir, la description de la base de données, réalisée sur FileMaker Pro a servi à montrer les différents modèles (œuvre, artiste, monument) sur lesquels nous travaillons pour la saisie des informations et qui vont servir de point de départ à la fusion des données pour la création des liens.


Sophie DUHEM : Les peintres badigeonneurs confrontés aux élites rurales (XVIIIe-XIXsiècles). Artistes et fabriques.

Il convient de se poser les questions suivantes : quels étaient les liens entretenus entre les Italiens et les élites villageoises à la fin de l’époque moderne et durant la première moitié du XIXsiècle ? Comment étaient considérés leur travail, leur savoir-faire et leurs œuvres ? En regardant les peintures des artistes italiens, on mesure le rôle important des prêtres qui étaient très impliqués dans la vie des paroisses et dans la commande des travaux de l’église qui relevaient, pour ceux-là, des « dépenses extraordinaires ». Ces prêtres sollicitaient les familles locales, des plus modestes aux plus riches, par exemple pour soutenir financièrement les embellissements ou les réparations des églises ; ils s’impliquaient aussi dans la réalisation plastique de certaines œuvres. Il y avait durant cette période une fusion entre le profane, le populaire et le religieux. Les fabriques, dont les membres étaient appelés des fabriciens ou des marguilliers, s’occupaient de la gestion numéraire et de la gestion des bâtiments. La fabrique avait donc la responsabilité de collecter et de gérer les fonds pour l’entretien des monuments et des mobiliers religieux. À partir de l’examen de la bibliographie française, les définitions de la « fabrique », les variantes de la terminologie et les spécificités régionales (rôle des confréries et des consorces dans le Sud-Ouest) ont été examinées.  Une historiographie intéressante permet de découvrir plus en détail le sujet, grâce aux spécialistes de l’histoire religieuse ou de l’histoire rurale, tels que Anne Bonzon, Bruno Restif, Serge Brunet, Antoine Follain, etc. Le rôle de l’assemblée paroissiale et les phénomènes d’intrication avec les fonctions de la fabrique ont été évoqués, de même que la participation des membres de la communauté et les dissensions entre les paroissiens.


Julien PASCHETTA : Les Pedoya. Le procès de Rieux-Volvestre.

La famille de peintres italiens Pedoya se composait de François, Jean-Antoine et Ricardo. Ces trois personnages faisaient partie d’un réseau professionnel ancré dans le milieu rural, tout au long du XIXsiècle. Le procès de Rieux-Volvestre, qui dura plusieurs années, réunit une documentation très fournie, composée des lettres de Jean-Antoine, de l’avocat des Pedoya, du curé de la fabrique de Rieux, de son successeur et pour finir du président de la fabrique. Les travaux commencèrent en 1833 sans formalités administratives et trois ans plus tard ils firent l’objet de litiges. Des difficultés se firent sentir au sein de la fabrique, contrainte de verser de l’argent aux Pedoya. Dans les années 1840, Jean-Antoine réclama cet argent qui ne lui fut remis que quelques années plus tard grâce à des emprunts faits par la fabrique et aux dons de la Duchesse d’Angoulême.


Jacques RIVES : La fabrique impliquée dans les décors de Saint-Sernin.

Dans l’administration de l’édifice, les laïcs occupaient une place importante avec les confréries, qui géraient à Saint-Sernin le culte des « Corps Saints ». Au Moyen Âge, cette confrérie appelée « des douze apôtres » était assimilée à une fabrique et assumait les charges d’entretien et de réparation des bâtiments – ce qu’elle faisait toujours en 1509 quand cette confrérie prit le nom de « confrérie des Corps-Saints ». À la Révolution, les fabriques furent supprimées et les églises fermées même si à Saint-Sernin les chanoines furent longtemps présents pour s’opposer aux saisies après le départ des confrères. Ce n’est qu’en 1804 que la fabrique fut de nouveau autorisée à siéger dans le sanctuaire érigé en paroisse. Celle-ci prit de nombreuses décisions sans consultation des architectes de la ville, comme : la suppression du jubé, la réfection des stalles, la suppression de cinq stalles ou encore la mise en place de deux autels dans le transept nord. Les peintures du chœur auraient dû faire l’objet d’une restauration mais ce ne fut pas sans complications, après un accord donné par la Société Archéologique, le dossier fut considéré par le ministre comme incomplet et le Préfet procéda à l’interdiction de la mise en place des travaux.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.