Les rinceaux habités – article d’Éléonore Rivière

Chevaux ailés, Mauzac (Mauzac @Duhem 2016_6821

Le rinceau – ou rainceau – est défini par le Dictionnaire de Trévoux[1] comme un « vieux mot François qui se disoit des branches d’arbre », dont on se sert en architecture « en parlant de ces branches feuillaës dont on charge les frises, & dont on fait d’autres ornemens » ; peint ou sculpté il tend à se confondre sous sa forme habitée avec les grotesques de l’Italie renaissante, d’où puisent leurs inspirations nos « barbouilleurs » des XVIIIe et XIXe siècles. Ce motif iconographique, loin d’être le privilège des représentations religieuses, subit, de son apparition à l’Antiquité sur le territoire grec jusqu’à l’époque qui nous occupe, de nombreuses variations stylistiques[2]. Au Moyen Âge il se peuple du bestiaire fantastique et se loge au creux des enluminures des manuscrits[3] ; Vasari à la Renaissance qualifie les créatures juchées sur les enroulements végétaux « de toutes les sortes qu’a pu inventer la nature »[4].

Ange musicien, Rieumes (RIEUMES-CHO-V01e©Duhem-UT2J)

Souvent mobilisés par les pinceaux des peintres italiens itinérants de la France méridionale, ces rinceaux habités abritent quantités d’anges et de putti tour à tour musiciens, farceurs ou porteurs des coins des cuirs découpés recevant diverses figures, mais également quelques animaux fantastiques, comme des dragons crachant des gerbes végétales ou des chevaux ailés (Mauzac).

Angelot tenant un cuir découpé, Pompertuzat (POMPERTUZAT-CHO-VO1c©Duhem-UT2J-2016)

L’importante récurrence dans l’espace languedocien de ce motif versatile – on le retrouve entre autres à Aurignac, Lherm, Mauzac, Pompertuzat, Rieumes – et sa place essentielle dans les décors des églises interrogent la valeur ornementale de ces peintures : la part didactique des images voit sa prééminence disputée par la volonté « de faire » à l’italienne, et par-là de multiplier les ornements muraux en ribambelle d’enroulements de lianes et de feuilles, où chimères angéliques et angelots potelés viennent animer les peintures et peut-être distraire le regard des principales illustrations murales. Il faudrait interroger les horizons d’attentes des commanditaires et les pratiques paroissiales afin de mieux cerner cette double tension entre le plaisir des yeux et l’éducation liturgique.

Animal fantastique, Pompertuzat (POMPERTUZAT-CHO-VO1e©Duhem-UT2J-2016)

Le lien entre les rinceaux habités languedociens des Bosia, Guidi, Pedoya, etc., et les grotesques italiens a été clairement établi[5]. La bibliographie étant riche, il est impossible de proposer une liste exhaustive ; néanmoins, les études respectives de la Renaissance méridionale d’André Chastel (Gallimard, 1965) ainsi que du Renouveau de la peinture religieuse en France : 1800-1860 de Bruno Foucard (Arthéna, 1987), bien que datées, apportent de précieux éléments de réponses aux questions soulevées ici. On retrouvera des informations plus générales dans l’ouvrage d’Évelyne Thomas, Vocabulaire illustré de l’ornement, dont la deuxième édition est parue chez Eyrolles en 2016, ainsi que dans celui d’Alain Gruber, L’art décoratif en Europe dont le tome I traitant de la Renaissance et du maniérisme est paru en 1993 chez Citadelles & Mazenod.

 

Éléonore Rivière


[1] Dictionnaire universel françois et latin contenant la signification et la définition tant des mots de l’une et l’autre langue, avec leurs différents usages, que des termes propres de chaque état et de chaque profession, aussi appelé Dictionnaire de Trévoux, édition lorraine, Nancy, imp. Pierre Antoine, 1738-1742 [en ligne], consulté le 19 octobre 2017. URL :http://www.cnrtl.fr/dictionnaires/anciens/trevoux/menu1.php

[2] ZADORA Élisabeth, « RINCEAUX », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 octobre 2017. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/rinceaux/

[3] BAYLE Maylis, La Trinité de Caen : sa place dans l’histoire de l’architecture et du décor romans, Genève ; Paris : Droz : Arts et Métiers graphiques, « Bibliothèque de la société française d’archéologie », n°10, 1979, p. 119

[4] VASARI Giorgio, Le Vite de Piu Eccellenti Pittori, Scultori e Architetti, première édition avec notes, Naples, Francesco Rossi-Romano Editore, 1859

[5] DUHEM Sophie, À l’ombre des rinceaux : putti, rubans et candélabres. La fortune des grotesques d’Albi dans quelques églises du Tarn, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://banditi.hypotheses.org/294


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.