La musique céleste ou « musica coelestis » par Emeric de la Clergerie

LHERM-VO-Anges trompettistes

Lorsque les peintres italiens ont peint les voûtes des églises haut-garonnaises, ils les ont ornées de rinceaux habités peuplés de plantes, de fleurs, de monstres ou encore d’anges. Montrant une grande diversité de fonction et de gestuelle, ces êtres ailés sont parfois représentés en tant que musiciens.

Ils évoquent alors la Musica coelestis. Écho à la musique des sphères tel que la définit Boèce au VIe[1] siècle, cette musique céleste rappelle le rôle des anges. À la fois intercesseurs entre Dieu et les hommes, médiateurs entre le ciel et la terre, ils célèbrent la gloire divine par leur musique. Les récits bibliques font fréquemment référence à cette harmonie céleste, notamment l’Ancien et le Nouveau Testaments, l’Apocalypse ou encore les psaumes[2]. Tel est le cas du fameux Psaume 150, « Louez-le par l’éclat du cor, louez-le par la harpe et la cithare, louez-le par la danse et le tambour, louez-le par les cordes et les flûtes, louez-le par les cymbales sonores, louez-le par les cymbales triomphantes ! Que tout ce qui respire loue Yahvé ! Alléluia ! » Mais ce n’est qu’à partir du XIIIe siècle que les anges sont représentés en tant que musiciens[3]. Au XVe siècle, cette représentation devient de plus en plus fréquente en Italie et en Flandres[4], mettant en avant la diversité des instruments de l’époque.

Cette diversité instrumentale se retrouve dans l’œuvre des frères Pedoya. En Haute-Garonne, les églises Saint-André du Lherm et Saint-Gilles de Rieumes présentent les ensembles les plus riches. Comme nous le savons, les instruments de musique sont divisés en plusieurs familles, les instruments à vents dont les cuivres et les bois, les instruments à cordes et les percussions.

RIEUMES-Anges violonistes

Dans nos églises, nous n’avons reconnu à ce stade des recherches, que la trompette parmi les cuivres. Instrument dont les traces viennent de la Préhistoire, il servait chez les Grecs, sous  le nom de Salpinx, à annoncer et ponctuer les événements importants[5]. À Rieumes et au Lherm, des anges, toujours par deux par souci de symétrie, annoncent la gloire divine au son de leur trompette. La forme rectiligne des instruments, tels qu’ils sont représentés, renvoie à une forme ancienne de ce cuivre, la « busine » médiévale[6]. Depuis la fin du Moyen Âge, la trompette s’est transformée pour devenir petit à petit la trompette à piston que nous connaissons, qui date du début du XIXe[7], l’époque des peintures.

Sur les mêmes voûtes, d’autres anges jouent de la flûte traversière. D’origine allemande, ce type de flûte se développa surtout à la Renaissance. Dans ces deux églises, les peintres italiens les représentent avec un seul corps, sans clé, telle qu’elles se trouvaient avant le XVIIIe siècle, période où elles furent divisées en trois parties. Même si les positions des anges, prenant appui sur les rinceaux, sont étonnantes, les peintres ont été attentifs à la gestuelle en leur donnant une véritable allure de musiciens.

La famille des cordes est très représentée dans ces peintures italiennes. Deux anges de l’église de Rieumes jouent du violon, instrument que les frères Escudier, contemporains des peintres, comparent à la voix humaine pour sa puissance, son charme, sa variété et le prestige de ses ornements[8]. Reconnaissable à ses quatre cordes, il était dans un premier temps destiné à l’accompagnement des danses alors que la viole était un instrument noble. Mais petit à petit, le violon prit l’ascendant sur la viole. L’une des particularités du violon est que sa forme est quasiment inchangée depuis le XVIsiècle.

RIEUMES-Anges aux lyres

Après les instruments à cordes frottées, les frères Pedoya ont peint plusieurs instruments à cordes pincées. Toujours à Rieumes, deux anges font sonner des lyres stylisées. Le nombre de cordes de cet instrument, « inventé par Hermès », a beaucoup varié jusqu’à atteindre le nombre fréquent de sept. C’est dans cette dernière forme que la lyre est représentée dans cette église. En l’observant, nous pouvons faire des rapprochements avec la lyre tenue par deux anges qui orne la voûte de la cathédrale Sainte-Cécile d’Albi.

Même si très souvent les peintres transalpins faisaient attention aux détails lorsqu’ils représentaient des instruments, il arrive parfois que les objets soient difficilement reconnaissables. C’est notamment le cas à l’église Saint-Pierre d’Aurignac où deux anges jouent d’un instrument proche du luth. Composé de cinq cordes, il lui manque les chevilles maintenant les cordes ainsi que la rosace, rendant l’instrument muet. Pourquoi ces approximations, alors qu’à Rieumes, un instrument proche du luth est représenté avec plus de précision. Ces variations dans les représentations invitent à se demander quelles étaient les

AURIGNAC-CHO-VO2d©Duhem-UT2J-2016 – Ange musicien

sources d’inspiration des peintres : dessins ou gravures, catalogues imprimés, peintures vues dans les églises, … les modèles ne devaient pas manquer. Mais nous pouvons mettre en évidence que ces instruments ne sont pas ceux de leur époque, permettant ainsi d’imaginer des sources d’inspiration plutôt issues de peintures anciennes. Il est également intéressant de noter que Louis Lacroix écrit en 1851 que l’étude archéologique des instruments est une science neuve, malgré les travaux de Gerbert d’Aurillac (950-1003) ou de Marin Mersenne (1588-1648). Les recherches du début du XIXe siècle, laissent encore des doutes sur la connaissance de certains instruments[9].

Sur toutes ces voûtes, la musique n’est pas uniquement servie par des anges. Ainsi, nous retrouvons des trophées d’instruments de musique à Aurignac (Pedoya, 1852) ou encore un orgue portatif joué par sainte Cécile, patronne des musiciens, à la cathédrale Saint-Alain de Lavaur (Ceroni-1843-1847[10])

[1]BOERNER Maria-Christina, Angelus & Diabolus, Anges, diables et démons dans l’art chrétien occidental, Paris, Citadelles & Mazenod, 2015, p. 194

[2]GETREAU Florence, Voir la musique, Paris, Citadelles & Mazenod, 2017, p. 125

[3]BOSSEUR Jean-Yves, Musique et beaux-arts, de l’Antiquité au XIXe siècle, Paris, édition Minerve, 1999, p. 33

[4]Ibid., p. 33 et 34

[5]Ibid., p. 34

[6]CHORIER Jean-Paul, « La Trompette », classic-intro.net, consulté le 30 août 2018. URL : http://classic-intro.net/introductionalamusique/instruments/LaTrompette

[7]VIGNAL Marc, dir., Dictionnaire de la musique, Paris, Larousse, 2017, p. 1419

[8]ESCUDIER Léon et Marie, Dictionnaire de musique théorique et historique, Paris, Michel Lévy, frères, libraires-éditeurs, 1854, tome 2, p. 272 (en ligne), consulté le 23 juillet 2018.

[9]LACROIX Louis, « Instruments de musique » in Le Moyen âge et la Renaissance, histoire et description des mœurs et usages, du commerce et de l’industrie, des sciences, des arts, des littératures et des beaux-arts en Europe, LACROIX Louis dir., Paris, Typographe Plon Frères, 1851, p. 200 (en ligne), consulté le 31 août 2018.

[10]  DAVID Camille, Recensement et bilan : les Ceroni, une famille d’artistes décorateurs Italiens sillonnant les terres du Tarn et de la Haute-Garonne au XIXe siècle, Mémoire de Master 2, S. Duhem (dir.), UT2J-2018.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.