Actualité de la BAnDI’TEAM

Interview de Benjamin et Emeric,

deux jeunes chercheurs sur le terrain

 

 


Benjamin et Emeric, vous êtes étudiants en deuxième année de licence d’Histoire de l’art, parlez-nous brièvement du parcours qui a été le vôtre, et de ce qui vous a amené à « l’histoire de l’art »

Benjamin : Agé de 22 ans, j’ai débuté mon cursus par une Licence en Droit. Dans un premier temps, mon objectif était de devenir Avocat en droit des affaires. Progressivement ma passion pour l’Art s’est imposée à moi. Au cours d’un stage, j’ai découvert le métier de commissaire-priseur qui alliait à merveille les deux disciplines. C’est donc en toute logique que j’ai entamé une seconde Licence en Histoire de l’art.

Emeric : Âgé de 24 ans, j’ai un parcours avant tout professionnel.  Après la 3ème, j’ai souhaité m’orienter vers le travail du bois et plus précisément vers l’ébénisterie d’Art. Mais au bout d’un cursus de six ans dans les lycées professionnels de Thiviers (Dordogne) et de Revel (Haute-Garonne), j’ai préféré me réorienter vers l’histoire de l’Art, dont j’avais eu des notions en ébénisterie. Passionné par cette discipline et surtout par notre richesse patrimoniale ainsi que doté d’une grande curiosité, ce changement me paraissait une évidence.


Vous avez été choisis pour participer à un stage au sein du Projet « Banditi » (Labex SMS-CNRS / Framespa-UMR 5136-UT2J) qui vous a placé pour quelques semaines dans la situation de « jeunes chercheurs » : en quoi a consisté concrètement votre mission ?

Benjamin : La mission était très hétérogène et c’est ce qui la rendait particulièrement intéressante. Lancés sur la trace de peintres italiens itinérants ayant officié dans des édifices religieux de la région au XIXe siècle, notre travail s’est déroulé en deux temps. Dans un premier temps,  sur le terrain. Après une étude architecturale succincte des lieux, il s’est agi de faire un inventaire photographique de l’édifice : débuter par des vues générales de l’édifice, puis s’attarder sur les détails des peintures pour en appréhender au mieux les motifs. Le second temps a été dévolu à la recherche. Celle de l’histoire de l’édifice (lorsqu’il a été possible de la retrouver) passant par des consultation aux archives départementales, voire à la DRAC. Ensuite, nous avons procédé à une étude des peintures et en avons proposé une description/interprétation des motifs. Parfois, nous nous sommes essayés à l’attributionnisme, en nous basant sur des peintres ou ateliers répertoriés dans la base de données Banditi.

Emeric : Pour continuer à faire avancer les recherches du projet « Banditi », nous avons dû nous intéresser à deux églises de notre choix, qui avaient la particularité d’avoir accueilli les fameux peintres italiens. Deux grands axes se sont alors détachés de ma mission. Tout d’abord, nous nous sommes rendus en équipe sur le terrain afin d’inventorier et de photographier les peintures. Puis dans un second temps, le travail a consisté à réaliser une bibliographie et à consulter les archives en rapport avec notre sujet. L’essentiel était de trouver le plus d’informations possible pour éclairer nos recherches.


Vous attendiez-vous aux différentes missions dont vous avez eu la responsabilité ? Avez-vous été confrontés à une part « d’inattendu » ou « d’imprévu » ?

Benjamin : La mission qui nous incombait, nous avait été clairement explicitée. Cependant, ce à quoi je ne m’attendais pas est clairement l’ampleur de la tâche ! Plusieurs ateliers de peintres italiens ont officié dans la région et le nombre de lieux  où ils ont laissé leur marque est tout bonnement impressionnant.

Emeric : Dans les grandes lignes oui, car j’avais déjà fait quelques recherches en tant qu’amateur. Mais, le travail était bien sûr différent et il comportait une autre dimension, plus professionnelle, plus précise que ce que j’avais déjà vu. Il y a eu bien évidemment une part d’inattendu. Les visites sur le terrain réservent souvent quelques surprises car nous ne connaissons qu’une partie de ce qui nous attends. Ensuite, il y a les rencontres humaines, avec des discussions instructives et enrichissantes.  La recherche dans les documents et les archives peut également offrir des inattendus, et parfois des incompréhensions.


Sans doute avez-vous rencontré quelques difficultés au cours de ce stage, qu’elles soient d’ordre matériel ou simplement humain. Comment les avez-vous surmontées ? Toutes l’ont-elles été ?

Benjamin : En ce qui me concerne, la principale difficulté a été de trouver des informations concernant l’historique de mes édifices. Les mairies ne disposaient pas de documents à leur sujet, pas plus que les archives départementales. Concernant l’édifice de Puycelsi, je n’ai pu surmonter cette difficulté. Quant à celui de Saint-Vergondin (Penne), une inscription a orienté mes recherches. Par ailleurs, j’avais noté dans l’édifice une chapelle, où des notables locaux, les Frayssines de Latour, avaient été enterrés. Saint-Vergondin étant une paroisse assez pauvre, j’ai supposé que cette famille avait joué un rôle majeur dans le financement de travaux majeurs dans l’édifice. Ainsi, j’ai entamé une recherche généalogique pour retrouver les descendants (dont le nom au fil des siècles a évolué) dans l’espoir qu’ils disposeraient d’archives familiales à me communiquer. Je ne m’étais pas trompé, j’attends maintenant le retour de vacances d’un membre de cette famille pour l’interroger sur les informations dont il dispose.

Emeric : La plus grande difficulté de cette mission fût finalement matérielle. Le stage était court et le travail dense et long à réaliser. Il était déjà acté que tout ne pourrait être fait. Concrètement, je n’ai pu que commencer les recherches sur ces deux églises. L’autre difficulté est humaine.  Il arrive parfois que des éléments soient difficiles d’accès. Dans ce cas-là, il faut savoir attendre et trouver des solutions pour pouvoir avancer nos recherches. A la fin du stage, malheureusement toutes les difficultés n’ont pas été surmontées et attendent encore des solutions.


Ce stage a t-il répondu à vos attentes ? De quelle manière vient-il préparer votre entrée dans le monde professionnel ? Que vous a-t-il appris sur vous-même et sur « les autres » ?

Benjamin : Ce stage a largement outrepassé ce que j’en attendais !  J’ai été passionné par le sujet d’étude et cela m’a également permis de me familiariser à la rigueur intellectuelle, toute particulière à la recherche en Histoire de l’art. Plutôt individualiste dans le travail, j’ai eu la joie d’expérimenter le véritable travail d’équipe avec des partenaires de qualité dont le cheminement était complémentaire au mien.

Emeric : En acceptant ce stage, je cherchais avant tout une expérience. C’était aussi pour moi l’occasion de découvrir le métier de chercheur en histoire de l’Art. Malgré le temps court, j’ai pu retrouver ce que je cherchais. Cette mission m’a également permis de voir l’aspect professionnel de la recherche et de travailler en équipe sur un projet commun. Des éléments que je trouverais si j’ai l’opportunité de travailler dans le domaine de la recherche comme j’aimerais. C’était aussi l’occasion de voir mes aptitudes par rapport aux recherches et de mettre en avant le manque de patience dont je fais preuve parfois. Travailler en équipe permet d’avoir des hypothèses plus importantes et une réflexion plus profonde.


Quel est votre meilleur souvenir de ces quelques semaines ? Avez-vous une anecdote à laisser à la mémoire de « Banditi » ?

Benjamin : Le meilleur souvenir que je garderai de Banditi est, outre ce que j’ai vu et étudié, les rencontres que cela m’a permis de faire. Amateurs de patrimoine ou initiés ont guidé notre passage dans les édifices, nous délivrant anecdotes et éclairages. Certains nous ont fait découvrir des choses exceptionnelles, tel Jean-Claude Feaugas dont chacune des entrevues s’est transformée en une étonnante visite du patrimoine Fourquevalais, sur les pas du peintre Jean-Paul Laurens…

Emeric : Mon meilleur souvenir restera notre seconde visite à la Collégiale de Saint-Félix-Lauragais. Depuis quelques mois, son chevet est en travaux et l’architecte nous avait autorisé l’accès aux échafaudages. Déjà impressionné par l’installation, nous les avons grimpés pour nous rapprocher de la voûte, à 17 mètres de hauteur. Quelle ne fut pas notre surprise en admirant les peintures murales d’une grande qualité, et pourtant à une telle hauteur et sur une telle surface. Un moment intense en émotion surtout quand, au plus près des peintures, nous pouvons comprendre les astuces des peintres en découvrant des traces de crayon, de compas ou des pointes d’or pour les rehauts de certains motifs.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search